samedi 22 juin 2013

Marketing politique en Suisse…. voyez-vous des différences ?

Pierre MAUDET au CMS 20 juin 2013
Pierre Maudet (à droite) au Club de Marketing Suisse – Photo de Daniel CURCHOD
 
22/6/13 - Tout comme la France, la République et le Canton de Genève vivent une campagne électorale pour élire les Conseillers d’Etat en novembre ; ils sont l’équivalent de nos Ministre à l’échelon du Canton.

Spin Doctors, Facebook, Twitter, blog, fundraising and much more ! Le marketing politique est une véritable science outre atlantique et des sommes considérables sont investies dans les campagnes électorales. Ce thème était l’objet d’une conférence de Pierre Maudet Conseiller d’État en charge du Département de la Sécurité et candidat à sa propre réélection organisée par le Club de Marketing Suisse jeudi soir à Genève.
 
Ancien Vice-Président de ce club et curieux de comparer les méthodes employées par les hommes/femmes politiques des deux côtés de la frontière. J’ai découvert plusieurs éléments qui peuvent inspirer nos candidats aux élections municipales, européennes et sénatoriales de l’an prochain.
 
Les campagnes électorales en Suisse, comme dans tous les pays démocratiques évoluent presque aussi rapidement que les moyens technologiques. Pierre MAUDET a dès les premiers mots de son intervention, positionné ses actions de promotion dans le cadre d’un plan stratégique décliné sous forme d’actions. Le vocabulaire qu’il a employé lors de son intervention est celui d’un directeur du marketing (cible, audience, message, USP,…), une maitrise de la matière peut être dictée par son équipe mais qui a le mérite d’être pris en compte. Il nous a avoué puiser ses thèmes de communication principalement dans les sujets issus de son activité actuelle puisqu’il est en poste. Il reconnait qu’en matière de communication politique, le fait d’exposer des idées est aussi un risque de donner des éléments de contradiction aux autres candidats. Il considère que par la façon dont on communique, on révèle déjà ce que l’on est. En revanche il revendique créer l’évènement d’une manière parfaitement structurée  avec :
 

- Un message ( quoi , à qui, pourquoi,…)
- Une image qui colle à l’évènement car on vit dans un monde où l’image est un vecteur de communication primordial.
- Une action
- Un mouvement

Le jeune politicien qu’il est, utilise comme slogan : « L’action responsable » en justifiant ce choix par le fait que l’électeur veut savoir d’où vient le « produit », quelle est sa façon d’être. Il estime que la communication sous forme de promesses est surannée que les citoyens attendent un bilan, une ligne, une vision.

 
image
 
 
Pour lui, les réseaux sociaux sont un moyen de prendre la température. Il met un point d’honneur à écrire lui-même ses billets sur Facebook. Il bénéficie d’un engagement moyen d’une centaine d’internautes ce qui est loin d’être le cas pour nos politiciens français, même les plus branchés. Serait-ce une attitude liée à la nature des messages publiés ?
 
En réponse à une question concernant le charisme d’un homme politique, il répond sans hésiter que la capacité d’écoute et de sentir l’audience est importante.
 
Une proximité géographique, une même langue mais pas forcément les mêmes approches de chaque côté de la frontière.
 

Je retiendrai en conclusion sa citation relative à la presse qui a souhaité rentrer en contact avec lui pas moins de 1132 fois depuis le début de l’année :

« les coupures de presse sont celles qui cicatrisent le plus vite ».



Pierre Maudet est Conseiller d’État candidat à sa propre réélection. Il s'est fait remarquer très tôt au niveau de la politique genevoise et suisse. Elu à 21 ans Conseiller municipal en Ville de Genève, il devient 6 ans plus tard président de la Commission fédérale de l'enfance et de la jeunesse. En 2005, il accède à la présidence de son parti puis devient Maire de Genève. En 2012, il est élu Conseiller d'État du Canton de Genève.