mercredi 19 juin 2013

J’aime bien les annéciennes !

.
Illustration de Norman Lindsay – source Symposiumsa.com

« J’aime bien les Annéciennes » : il ne s’agit pas ici d’un exercice de séduction mais de l’appréciation de l’approche d’un groupe d’anonymes qui désire influencer la vie de la citée. Certes l’approche m’apparait un peu sexiste mais sa qualité et la différenciation par rapport aux autres démarches en vue des élections municipales me font vite oublier cela.

Alors que des personnalités s’exposent de manière égocentrique en mettant en avant leur présence, ou plutôt passages rapides sur un lieu de la ville, elles optent (à ce stade) pour un anonymat - qui ne pourra être qu’éphémère - pour la recherche d’idées, de « vision à long terme pour assurer santé, stabilité, sécurité et prospérité, dans un environnement favorable à tous les Annéciens. » Certes leurs propositions restent à être développées, mais faute de résultat à ce jour, elles prennent une longueur d’avance en jouant la démocratie autour de quatre groupes de travail ( Social - Logement - Santé – Jeunesse ; Economie - Commerce – Tourisme ; Culture - Animation - Sports ; Urbanisme - Déplacements – Sécurité).

image

Nul doute qu’elles reviendront négocier avec les têtes des listes qui se positionneront pour les municipales afin de revendiquer, pour certaines d’entre-elles, des places sur ces mêmes listes. C'est une solution afin de pouvoir être en position de mettre en œuvre les idées qu’elles auront initiées. A l’heure de la parité, la stratégie est plutôt bien conçue pour autant que les têtes de liste n’aient pas leurs propres sources de recrutement ce qui me semble tout à fait possible pour les municipales mais un peu plus compliqué pour les élections cantonales où seize femmes volontaires, disponibles et compétentes doivent être élues.

J’aime bien aussi la démarche des « Annéciennes » car elle est hors parti. Comme si les choix d’initier et construire un tunnel sous le Semnoz, un stade ou d’investir des millions d’euros dans un grand évènement devaient absolument être associés à un parti national.

Non, les besoins des Annéciens leurs sont propres et malheureusement trop peu se sont exprimés dans les urnes au cours des dernières élections pour valider des visions qui font parfois défaut. Alors, pourquoi pas une Lysistrata annécienne pour regrouper autour des visions et actions proposées par ce groupe des hommes pour soumettre aux votes des Annéciens une autre alternative ?

 

Pour en savoir plus :

http://lesanneciennes.blogspot.fr/