lundi 10 octobre 2011

Une école Internet en Rhône-Alpes ?

Le Conseil Economique, Social et environnemental régional Rhône-Alpes (CESER) vient de publier un avis sur le “Développement du très haut débit numérique en Rhône-Alpes – Volet usages et services”.

Rhonealpes.fr

Si la grande majorité des recommandations sont d’ordres techniques, il est une qui a particulièrement retenu mon attention. Il s’agit de “renforcer la dimension pratique dans la formation et la recherche numérique” avec le texte suivant :

“Il est prévu d’ouvrir à Paris à la rentrée 2011 une école supérieure Internet et une école européenne des métiers de l’Internet pour former des profils opérationnels. Le CESER appelle de ses vœux une telle formation en Rhône-Alpes où la dimension pratique du numérique semble insuffisante dans l’enseignement de l’informatique.

Quelques initiatives démarrent, à encourager (Supinfo, CESI, Epitech…). En matière de recherche, il encourage l’INRIA, en pointe sur l’algorithmique, à développer davantage les dimensions organisationnelles, économiques, sociologiques, psychologiques et philosophiques du numérique, lesquelles y sont encore émergeantes, selon l’institut Montaigne.

Le CESER souhaite que la recherche considère bien l’ensemble du numérique, au-delà de l’apport de professionnels bénévoles.”

Enseignant depuis de nombreuses années les concepts liés aux différents domaines de l’Internet et ayant publié plusieurs ouvrages sur ce thème je peux que souscrire à cette idée. Toutefois, j’ai quelques réserves quant à l’exemple choisi de l’école parisienne soutenue par des entrepreneurs très médiatisés de l’économie du Web.

L’approche de la transmission des connaissance mérite une réflexion plus approfondie pour identifier les secteurs industriels, les savoirs, les usages,… Comme le souligne l’Institut Montaigne bien d’autres dimensions de l’Economie numérique doivent être identifiées et adoptées par les Rhône-Alpins pour que cette économie soit génératrice de valeur et donc d’emplois à terme. 

Jean-Claude MORAND – 10/10/11

Pour télécharger ce rapport de 58 pages, cliquez sur ce lien