jeudi 13 mai 2010

Jaques Attali : "La crise ne fait que commencer"

Il est vrai que notre économiste n’a pas pour habitude de donner une vision optimiste de notre futur sociétal et économique. Ces prédictions parlent d’hyperconflits et de crise économique. Derrière ses scénarii un peu noir, je perçois des réalités que nos politiques ont compris, j’en suis persuadé. Toutefois,comme Jacques ATTALI le déclare, bien peu ont le courage d’annoncer à leur électorat que l’avenir sera encore moins bon que le présent. Finalement, Standard & Poor leur rend un grand service en dégradant la notation du risque leur permettant ainsi de prendre des mesures un peu plus appropriées pour tenter du limiter les dégâts et effectivement prendre des décision au milieu de la tempête.
 

Cela dit, je ne partage pas tout à fait sont point de vue à propos d’une crédibilité accrue si l’Europe devenait l’emprunteur en lieu et place des pays. Car si la moyenne des ratios des déficits/PIB et le rapport dette publique/PIB pourraient se trouver légèrement améliorés grâce à la prise en compte des éléments budgétaires des meilleurs, les budgets français, italien, portugais, espagnol, grecque, irlandais…et français pèseraient très lourd dans la balance. Je crois effectivement que le prochain “incident” financier va être un détonateur qui permettra de réunir une fois de plus les experts autour de la table des négociations pour une fois encore faire un pas en direction de l’unité européenne.  Et j’espère que les hausses de TVA, impôts supplémentaires ne conduiront pas les européens dans les rues ou dans les bras des démagogues des partis extrêmes.
Jean-Claude MORAND – 13/5/2010