mardi 23 février 2010

La “e-reputation” s’applique aussi en politique

Nouvel enjeu du marketing, les annonceurs cherchent de indicateurs de présence en ligne. Une technique que le retrouve sous le terme de “e-reputation” consiste à mesurer la présence d’une marque sur le Net. Le premier moyen, le plus simple consiste à chercher le nom de la marque sur les moteurs de recherche et de comparer les résultats à la concurrence.

Aujourd’hui, j’ai essayé un outil de mesure de la présence sur les réseaux sociaux avec l’outil expérimental www.howsociable.com.

image

Ce système propose un indicateur de présence établis à partir de 32 indicateurs calculés en fonction du nom de la marque saisi.

Une mesure applicable au marketing des entités touristiques

Dans l’exemple ci-dessus, j’ai repris le nom de la station des Gets en Haute-Savoie qui se voit attribuer 201 points. Le même outil donne 728 points pour Annecy, 666 pour Chamonix et 4357 pour “coca cola”. Cela donne un idée de la popularité de la marque sur les réseaux sociaux.

Une mesure applicable au marketing politique

Alors en cette période d’élection régionales, j’ai aussi testé l’outil avec la marque “UMP” qui obtient 779 points contre plus de 4000 pour le mot “PS”. Un peu surprenant d’obtenir un tel écart. Les lettres saisies peuvent sans doute avoir plusieurs significations ou la chaine de caractères se rapporter à d’autres choses, sachant que l’outil ne propose pas encore de définir le domaine ontologique de la recherche.

Dans la foulée, je me suis lancé dans une analyse du positionnement de quelques personnalités de la liste UMP aux régionales en considérant que dans leur cas, leur nom était de facto leur “marque”. Voici les scores obtenus :

Personne/”Marque” Points Explication
Bernard ACCOYER 78 Sa position de Président de l’Assemblée nationale lui assure une bonne visibilité.
Lionel TARDY 64 Son activité sur le Net dans le cadre de la loi HADOPI lui a assuré un bon écho sur le Net.
Astrid BAUD 45 Son blog et sa présence sur Facebook sont sans doute à l’origine de ce bon positionnement.
Sophie DION 44 Il existe de nombreuses personnes portant le même nom, ce qui fausse les résultats.
Virginie MULLER 41 Très active sur Facebook, son score est honorable.
Jean-Claude MORAND 36 Je ne suis (pas encore) un élu, ni candidat…mais mes publications m’assurent une petite notoriété en ligne…je dois pouvoir faire mieux. Mais pourquoi le ferais-je ?
Pierre HERISSON 27 Notre sénateur n’est pas vraiment un adepte des réseaux sociaux.
Jean-Claude CARLE 16 Rien de surprenant, lorsque l’on a entendu la tête de liste déclarer qu’il préférait le "carnet de la fruitière" à Internet !
Jean-Luc RIGAUT 14 Le maire d’Annecy semble plutôt discret sur le Net, malgré son implication pour soutenir la candidature de la ville pour les JO.
Anabel ANDRE 6 La nouvelle arrivée sur la liste n’a pas encore de présence en ligne.