mardi 6 août 2013

Les haras : pourquoi pas un centre culturel sur le modèle Gianadda ?

6/8/13 -  En avril dernier, les responsables de la fondation Salomon annonçaient leur intention de cesser d’organiser des expositions dans leur centre d’Alex. D’autres comme l’association "Cezanne en Savoie» animée par Marc RESTIN, rêvent de pouvoir investir l’hypothétique centre des congrès pour accueillir une ou des expositions. Maintenant que la ville a acquis les haras nationaux, je trouve que ce lieu se prêterait bien au développement d’une activité de ce type joignant ainsi l’intérêt culturel et touristique.
 
Je propose donc la mutualisation des initiatives culturelles pour concevoir un projet touristico-culturel ambitieux à l’image de ce qui se fait à Martigny au sein de la Fondation Gianadda. Un complexe, associant des partenaires publics et privés, qui viendrait, sans la concurrencer, compléter l’offre culturelle de Bonlieu.

Fondation_gianadda
Centre d'exposition de la © Fondation Gianadda
Tout comme Gianadda, la recherche d’un équilibre financier grâce à des recettes en provenance de mécénat (~25% du budget pour Gianadda) et bien entendu du chiffre d’affaires (8 millions de CHF pour Gianadda) devant être un élément primordial de la gestion de ce centre. Cela devrait ainsi passer par une sélection des expositions pouvant intéresser le plus grand nombre de visiteurs et aussi une mise en marché auprès des Tour-Opérateurs qui seraient invités à faire une halte à Annecy le temps d’une visite en été comme en hiver. Une halte idéale entre l’aéroport de Genève et les stations des Aravis et de la Tarentaise. Gianadda réussi particulièrement bien en ce domaine, détournant des flux de visiteurs en provenance des grandes villes de Suisse romande et de France voisine mais aussi des stations valaisannes qui peuvent ainsi offrir un produit touristique diversifié à leurs clients. Autant dire que le défi reste de pouvoir associer les attentes d’un gestionnaire et celles d’une programmation culturelle digne d’intérêt.
Voilà donc une invitation lancée aux personnes qui réfléchissent au futur des haras afin qu’une étude de faisabilité soit réalisée pour structurer cette idée et être en mesure de la proposer aux citoyens comme aux partenaires potentiels susceptibles de contribuer à la réussite d’un projet de ce type.