samedi 12 mai 2012

Un député = une vision pour la France

clip_image001

12/5/12 - Ma conception du rôle d’un Député est celle d’un leader qui est en mesure d’articuler une vision pour notre pays. Une vision qu’elle, ou il, devra ensuite traduire sous forme de propositions au sein des diverses commissions de l’Assemblée nationale et éventuellement soutenir en séance plénière.

Notre région de montagne et frontalière a beaucoup de spécificités qui doivent être prises en compte par les lois qui seront votées durant le quinquennat. Il/elle doit être un relais entre sa circonscription et l’Etat pour exprimer des attentes spécifiques au territoire qu’il représente, mais pas seulement.

Les problématiques de l’agriculture alpestre, les impacts du réchauffement climatique, le fait qu’environ 30 % des habitants de la Haute-Savoie travaillent dans un pays voisin, la rareté du foncier, la montée du chômage et de l’insécurité sont autant de sujets pour lesquels nos futurs députés devraient avoir des propositions à faire.

Alors que les pays de Savoie perdent leurs emplois industriels, d’autres pistes doivent être trouvées pour maintenir un niveau d’activité économique correct. J’entendais deux ténors de l’industrie de notre département déclarer que la balance commerciale de notre département était en constante réduction et que depuis 2007 l’excédent commercial avait été divisé par deux ! Selon le bulletin de conjoncture de l’agence économique départementale sur l’année le solde commercial pour la Haute-Savoie a été de + 611 millions d’euros soit un taux de couverture de 1.17 contre 1.24 l’an dernier.

La taille moyenne de nos entreprises est trop petite pour envisager (en moyenne) des développements à l’export ou des opérations de R&D qui permettraient d’envisager le futur plus sereinement. Que proposent nos futurs élus ?

Les coûts de gestion du vieillissement de la population explosent, comment envisagent-ils leur financement ?

Les acteurs du tourisme hivernal viennent de fermer leurs établissements et profitent sans doute de l’intersaison pour profiter d’un repos bien mérité. Mais comment pouvons-nous affronter la concurrence des pays émergents qui drainent de plus en plus de touristes ? Quelles actions seront-elles proposées au niveau de l’Etat pour conquérir de nouveaux clients et maintenir la France dans le top 5 des destinations ? Les professionnels de l’hôtellerie peinent à trouver des employés qualifiés, le parc de chambres disponibles autant en plaine qu’en montagne vieillit et le patrimoine familial se fractionne au fil des successions. N’y a-t-il pas là des initiatives à prendre ?

A l’heure où de grandes manœuvres se déroulent pour réorganiser l’écosystème universitaire, quelle sera la position de l’Université de Savoie ? Qu’envisagent-ils de faire pour soutenir une présence voir un développement des filières sur notre territoire ?

La problématique des transports urbains et inter urbain augmente de manière exponentielle. La croissance de la population du département est bien plus forte qu’ailleurs. Les embouteillages et la course aux places de parking ne font donc que s’allonger. Même constant pour la lenteur ou l’absence des liaisons avec Paris qui ne peuvent être considérées comme un avantage concurrentiel pour la Haute-Savoie. Quel sera votre combat pour maintenir les liaisons aériennes et obtenir un TGV qui nous permettrait de relier la capitale en moins de 3 heures ?

Lors de la campagne pour l’élection présidentielle nous avons pu observer une bataille de chiffres destinée à indiquer aux électeurs que la situation du déficit de la France nécessitait une attention particulière. Oui, mais que proposez-vous à votre niveau pour contribuer à réduire un peu la dette de plus de 1700 milliards d’euros ? Pour accroitre la progression du PIB afin de générer de véritables recettes et de ne pas tout miser sur l’augmentation de la pression fiscale ? La Grèce s’entredéchire et sa défaillance financière risque une nouvelle fois de mettre à mal certaines de nos banques exposées à la dette de ce pays. Qu’anticipez-vous pour limiter les dégâts ?

* * *

Alors mesdames, messieurs les candidats de tous bords, j’aimerai lire autre chose que les détails de vos agendas, de vos photos en train de distribuer des tracts sur un marché ou d’une audience dans une salle quand vous ne publiez pas des photos de VOUS en train de couper un ruban. Beaucoup de vos électeurs souhaitent découvrir vos opinions, vos idées, votre vision pour le développement (ou le maintien…) de la qualité de vie dans notre pays. En changeant le contenu de votre communication, je suis certains que vous accroitrez votre audience et que vous ramènerez aux urnes de nombreux abstentionnistes qui seront, quelles que soient vos idées, des électeurs qui voteront probablement pour vous.