lundi 20 décembre 2010

Le seuil de pauvreté en 2008 : 949 euros par mois


Deux chiffres ont retenu mon attention en ce début de semaine de Noël :

  1. Les dépenses moyenne des français pour Noël sont, selon le cabinet Deloittte, de 538 € en moyenne.
  2. 13 % de nos concitoyens soit 7.8 millions de personnes vivent avec 949 € par mois, c’est à dire en dessous du seuil de pauvreté.

Je reproduis ci-dessous le texte de l’INSEE qui donne tous les détails de cette dernière statistique afin que vous puissiez saisir le temps alloué pendant cette période de fêtes pour avoir une pensée pour tous nos concitoyens embourbés dans cette situation.

Jean-Claude MORAND – 20/12/10

Institut national de la statistique et des études économiques

Le taux de pauvreté monétaire est défini comme la proportion de personnes ayant un niveau de vie inférieur au seuil de pauvreté. Ce seuil est calculé par rapport à la médiane de la distribution des niveaux de vie. C’est le seuil à 60 % du niveau de vie médian qui est privilégié en Europe. Il correspond à un niveau de vie inférieur à 949 euros par mois en 2008. 7,8 millions de personnes vivent en-dessous de ce seuil dont la moitié a un niveau de vie inférieur à 773 euros mensuels. Le taux de pauvreté ainsi calculé est de 13 % en 2008 (tableau 2). Il s’élevait à 13,4 % un an auparavant et a donc perdu 0,4 point.

En 2008, la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf) a utilisé pour la première fois les données de l’administration fiscale pour mesurer les ressources ouvrant droit aux différentes allocations. Cette simplification administrative a conduit au report de la révision par la Cnaf des ressources des allocataires du 1er juillet au 31 décembre. Ainsi, la prise en compte des revenus de 2007 a été différée de six mois. Les prestations sous conditions de ressources ont donc été calculées jusqu’au 31 décembre 2008 avec les revenus de 2006. De ce fait, le nombre de bénéficiaires sous conditions de ressources a fortement progressé et cela a eu un effet sur le bas de la distribution des niveaux de vie.

L’impact sur le taux de pauvreté à 60 % de cette mesure est évalué à − 0,2 point. Une fois cet effet isolé, le taux de pauvreté peut être considéré comme stable compte tenu de l’incertitude statistique, évaluée à +/− 0,5 point, liée à la mesure de ce taux par une enquête par sondage.

Sur plus longue période, le taux de pauvreté a décru de 1996 à 2004 pour se stabiliser ensuite aux alentours de 13 %.

Le taux de pauvreté à 50 % est stable entre 2007 et 2008, valant respectivement 7,1 % et 7,2 %. L’effet sur ce taux de la non-révision des ressources des allocataires en cours d’année est minime (− 0,08 point).

Indicateurs de pauvreté de 2005 à 2008 

2005 2006 2007 2008
Seuil à 60 % de la médiane
Taux 13,1 13,1 13,4 13,0
Seuil (euros 2008/mois) 901 914 934 949
Niveau de vie médian des personnes pauvres (euros 2008/mois) 731 749 764 773
Nombre de personnes pauvres (milliers) 7 766 7 828 8 035 7 836
Intensité de pauvreté ( %) 18,8 18,0 18,2 18,5
Seuil à 50 % de la médiane
Taux ( %) 7,2 7,0 7,2 7,1
Seuil (euros 2008/mois) 751 762 778 791
Niveau de vie médian des personnes pauvres (euros 2008/mois) 619 629 646 651
Nombre de personnes pauvres (milliers) 4 270 4 188 4 281 4 272
Intensité de pauvreté ( %) 17,5 17,4 17,0 17,7

Lecture : en 2008, 13 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (taux de pauvreté). La moitié des personnes pauvres a un niveau de vie inférieur à 773 euros par mois, soit un écart de 18,5 % au seuil de pauvreté. Cet écart représente l’intensité de la pauvreté.

Champ : personnes vivant en France métropolitaine dans un ménage dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n’est pas étudiante.

Sources : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquêtes Revenus fiscaux et sociaux 2005 à 2008.