mardi 17 septembre 2013

95.1 % : le chiffre du jour !

image

Ministère des Finances – Bercy - Photo Flickr Some rights reserved by vincen-t

Alors que la croissance du pays stagne, la dette continue d’augmenter année après année, quels que soient les gouvernements en place. Le Projet de Loi de Finances 2014 (PLF) doit ainsi porter la dette française à 95.1 % du PIB du pays. 1.7 points de PIB supplémentaire par rapport à 2013.

En plus des dépenses publiques difficilement compressibles, le Figaro attribue pour parti cet accroissement aux plans de soutien financiers à la zone euro avançant que ce soutien couterait 3.3 points de PIB à la France. Ceci appelle deux commentaires : ce soutien devrait en partie être remboursé à terme et en l’absence d’actions des pays de la zone euro, le cout de l’effondrement de la devise euro serait bien plus important que les 3 points de PIB. Il n’en reste pas moins vrai qu’en l’absence de croissance, la note de notre pays risque une nouvelle fois d’être dégradée et qu’en conséquence les taux d’intérêts que nous devons payer pour cette dette abyssinale augmenteront.

Alors que faire ?

Au niveau national, de nombreux économistes tirent les sonnettes d’alarme depuis longtemps et les politiques ont pour l’instant essentiellement utilisé l’impôt comme moyen d’augmenter les « recettes » afin de limiter les dégâts pour se rapprocher d’un équilibre des finances publiques.

Ce qui m’étonne en ce début de campagne pour les élections municipales c’est que l’on ne parle que très peu des finances des collectivités territoriales et en particulier des communes et syndicats intercommunaux. Toutes les équipes vont présenter des projets d’investissement plus ou moins grandioses souvent financés par un recours à l’emprunt. Souvent en augmentant au passage le niveau d’emprunt de la collectivité. En qualité de citoyens nous devons aussi sélectionner des élus qui prendront en compte l’équilibre des finances locales et qui ne fourvoieront pas dans la mise en œuvre de projets couteux et générateurs d’impôts supplémentaires.