jeudi 5 novembre 2009

Bataille de clochers et minarets en Valais

clip_image001Le 29 novembre prochain, nos voisins valaisans devront voter pour la présence de minarets sur leur territoire, mais c’est une bataille de clochers qui échauffe les esprits des citoyens de ce canton. Une loi pour le tourisme est également soumise à l’approbation des Valaisans ce même jour. Cette loi propose de regrouper les activités de promotion des offices du tourisme appelés société de développement (SD) qui sont, comme en Pays de Savoie, légion. Comme chez nous, on peut en compter presque une par clocher bien qu’au pays de Farinet de nombreuses églises aient été bâties un peu partout. La loi prévoit un soutien financier pour les regroupements autour de 8 à 12 régions touristiques qui doivent une taille minimale de 700'000 nuitées, et être doté d’un budget de 5 millions de CHF soit environ 3.4 millions d’euros et que ces « régions » soient reconnues internationalement. La forme juridique proposée est celle d’une SA où se retrouveraient des partenaires publics et privés.

En cas d’adoption, les moyens financiers alloués au tourisme devraient passer de 37 à 55 millions d’euros par an par un prélèvement sur le budget cantonal et une nouvelle distribution des taxes. Les partisans du OUI argumentent que l’OT Tyrolien dispose de plus de 33 millions d’euros pour 350'000 lits, un chiffre proche de celui du Valais (340'000). Les Tyroliens disposent donc d’une force de frappe financière 8 fois plus importante que celle de l’OT Valaisan (Valais Tourisme ayant un budget d’un peu plus de 4 millions d’euros). Du côté français, les acteurs de la montagne restent encore plus fragmentés, l’essentiel des budgets de promotion étant gérés par les OT locaux, les CDT et CRT, le nouveau GIE France-Montagne ne disposant que de 3.8 millions d’euros pour ces actions !

Bien entendu tous les OT, CDT, CRT ou SD pour les Valaisans disposent d’équipes de professionnels compétentes pour les tâches qu’ils assument actuellement, mais il leur est difficile de passer à la vitesse supérieure faute de ressources. Un point que la loi valaisanne pour le tourisme se propose de résoudre avec un montage fiscal qui fait autant débat que nos discussions en France autour de la suppression de la Taxe professionnelle. Car de nombreux responsables des sociétés de développement ont peur de voir cette « institution artificielle et contraire aux préceptes démocratiques » les amputer d’une partie de leurs attributions et définitivement d’une partie de leur budget qui serait centralisé au niveau cantonal.

Il semble que tous les décideurs alpins, quelque soit leur pays reconnaissent que la fragmentation des budgets soit un frein à la mise en œuvre de stratégies marketing d’envergure et sophistiquées. En cas de vote favorable, nos amis valaisans prendraient sur ce point une longueur d’avance quelques soient les difficultés de mise en œuvre, les initiateurs de cette loi utilisent cet argument en positionnant cette organisation comme une porte ouverte sur le tourisme du 21ème siècle.

Quoi qu'il en soit, ce débat est intéressant et doit pouvoir servir d’exemple pour les futurs travaux du GIE France Montagne et de l’Institut Français du Tourisme.

J’interviendrai lors du prochain « Tourism Professionals Meeting » à Sierre le 4 décembre prochain, cinq jours après le vote. Quels que soient les résultats de cette votation, je m’attends à rencontrer des pros du tourisme toujours aussi divisés.

Pour en savoir plus :

http://www.facebook.com/event.php?eid=169895448204&ref=mf

http://www.oui-au-tourisme.ch/

http://www.referendumtourisme.ch/

http://www.vs.ch/Navig/navig.asp?MenuID=4498&RefMenuID=0

Mots clés Technorati : ,,,,,