mercredi 23 mars 2011

Combien de SIT faut-il à la France ?

Le tourisme représente un peu plus de 12 % du PIB des deux Savoie. Ce secteur industriel dépend de plus en plus des systèmes d’information et en ce domaine les initiatives privées se sont multipliées ces dernières années. Les Comités Régionaux du Tourisme (CRT) ont pourtant adopté et créé des bases de données depuis l’époque du Minitel qui était déjà une innovation dont l’usage n’a jamais dépassé l’hexagone. Avec l’avènement de l’Internet les frontières sont tombées et de nombreux acteurs agrègent et proposent maintenant des informations touristiques pour l’ensemble des internautes de la planète. Les acteurs publics du tourisme français ont du mal à suivre !
C’est le sujet de réflexion de Pierre CROIZET qui, dans son dernier billet sur etourisme.info, se pose la question de l’avenir des Systèmes d’Information Touristique (SIT) et publie la cartographie des systèmes existants en France. Certes l’inventaire demande à être affiné mais l’absence de systèmes pour certains CRT et l’hétérogénéité des systèmes existants est flagrante.

clip_image002
Source : Pierre CROIZET – www.etourisme.info – 23/3/11
Philippe FABRY, en charge des nouvelles technologies chez ATOUT France se propose de compléter et mettre à jour ce tableau (donc retournez voir si une nouvelle version est publiée si vous lisez ce message quelques semaines après sa publication).
Pour ma part, voilà au moins une dizaine d’années que je prône une approche globale des SIT au niveau français. J’ai proposé :
  • la création d’un pôle de compétitivité “Tourisme”,
  • d’inclure les NTIC dans le programme des activité de l’IFT,
  • à un CRT de répondre à un appel à projet du grand emprunt pour créer quelque chose comme GIATA (mentionné plus haut)
  • et encore plus récemment d’inclure une composante e-Tourisme dans le cadre du futur Conseil National du Numérique…
Mais comme mes capacités d’influence sont actuellement limitées, je crains qu’il faille attendre que notre pays soit doté d’un Ministre du Tourisme “branché” pour que cela évolue.
Je mets une réserve à mon propos avec la création de “Newco” dont une partie de l’activité serait de créer ou d’adapter une norme (je ne connais pas la mission de cette entreprise).
Je finirai en insistant pour que tout projet de création ou de mise à jour de « norme » ait une dimension internationale car les utilisateurs sont majoritairement les intermédiaires étrangers.
En publiant ce billet sur mes deux blogs, j’espère attirer l’attention des élus qui me lisent pour qu’ils prennent la mesure de l’importance du sujet. Car sans un SIT (ou au moins des données coordonnées au niveau national) la France aura de plus en plus de mal à être visible sur les systèmes d’information des pays émetteurs c'est-à-dire ceux qui génèrent 76 millions de visites chaque année sur notre territoire.
Jean-Claude MORAND – 23/3/11