samedi 11 juillet 2009

Un vrai TGV à Annecy. Oui, mais pas uniquement pour les JO

TGV PSE at Gare de Lyon par Matthew Black

Vous êtes nombreux, en Haute-Savoie, à souhaiter qu’un vrai TGV arrive à Annecy et presque autant à penser que les JO sont la seule solution pour que les investissements nécessaires à cette infrastructure soient décidés. Je fais bien entendu partis de ceux qui pensent qu’il est inacceptable de mettre autant de temps pour relier Lyon à la capitale haut-savoyarde. Mais pourquoi faut-il invoquer une manifestation de 15 jours pour cela ? Les activités touristiques, très médiatisées, ne représentent que 12 % du PIB des Savoie. 88 % de ce PIB est donc lié à d’autres flux. Combien sommes-nous à devoir nous rendre à Paris tous les mois de l’année en prenant le TGV de 5 h 32 pour arriver à 9 h 15 ? N’est-il pas plus judicieux de revendiquer une infrastructure digne de ce nom pour soutenir l’industrie dans son ensemble et le secteur tertiaire en forte progression ? N’avons-nous pas des pôles de compétitivité (Imaginove, Sporaltec, Arve Industries Haute-Savoie Mont-Blanc, Minalogic) sensés donner une impulsion économique à des secteurs stratégiques de notre industrie. Le seul lié aux activités couvertes par les JO est SPORALTEC dont le siège est à Saint-Etienne. Il a perdu sa labellisation faute d’une activité suffisante. Malgré les déboires de Salomon et de Dynastar dans notre département, il reste toutefois quelques usines génératrices d’emplois stimulatrices l’activité économique. L’agence économique départementale évalue « qu’en Haute-Savoie, on compte une dizaine d’établissements dédiés à la fabrication d’articles et de matériels soit près de 1600 salariés, des fabricants de vêtements et plus de 370 commerces de détails spécialisés (employant plus de 2000 salariés) ». Les premiers employeurs privés restent Entremont, les Eaux d’Evian, SOPRA, SOMFY, SNR, Staubli, Provencia, Crédit Agricole, TEFAL… pas beaucoup d’employeurs touristiques de grande envergure à l’exception de la Compagnie du Mont-Blanc à Chamonix (220 permanents et plus de 400 employés en saison).

Si selon les statistiques du Conseil Général l’économie haut-savoyarde offre plus de 200’000 emplois privés, plus de 66000 frontaliers viennent s’ajouter à ce chiffre, soit plus de 266000 emplois.


clip_image002[6]

C’est pour tous ces emplois que nous devons nous battre pour que des liaisons avec les principales capitales européennes soient les plus rapides possible et non parce que quelques milliers de visiteurs viendront passer 15 jours dans neuf ans au pied des pistes. C’est aujourd’hui que le chômage à monté de 90% dans la vallée de l’Arve et c’est aussi cette année que TEFAL à renvoyé ces intérimaires à la maison ! Alors si les ~21000 employés du secteur touristique (toujours selon les statistiques du Conseil Général) représentant 8% de l’emploi dans le département méritent une attention particulière, il faut garder la mesure de la proportion en n’oubliant pas les 92 % des postes de travail fournis par les autres secteurs économiques. Où est le potentiel de création d’emplois supplémentaire ou tout simplement de maintien des postes de travail ? Dans l’industrie touristique qui observe la fonte des glaciers et la réduction de la durée de la présence du manteau neigeux à 1500m qui serait réduite d’un mois sous les assauts du réchauffement climatique ? Combien de stations de sports d’hiver auront eu le même destin qu’Abondance en 2038 lorsque les prêts souscrits pour financer les équipements auront enfin été remboursés ?

Sur le plan de l’organisation des transports pour une manifestation comme celle des JO, il est certes intéressant de pouvoir proposer une liaison ferroviaire performante, mais si vous êtes un anglais, allemand, autrichiens, américain ou japonais quel moyen de transport allez-vous utiliser ? Probablement pas le train, mais plus sûrement l’avion jusqu’à Genève ou la voiture qui reste encore le meilleur moyen pour relier Munich ou Innsbruck à Annecy.

Pour toutes ces raisons, je reste très favorable à la création d’une vraie ligne de TGV jusqu’à Annecy. Mais la motivation ne pas être liée à l’hypothétique obtention des JO, mais tout simplement à la nécessité de créer et maintenir une activité économique digne de ce nom en Haute-Savoie.

Je crains que l’utilisation du seul argument des JO pour obtenir un "vrai" TGV et toute autre infrastructure soit une porte ouverte pour invoquer un refus en cas de non-sélection de notre région pour cette manifestation et maintiendrait donc notre tortillard pour de nombreuses années.

Jean-Claude MORAND 11/7/09

La photo est de Mathew BLACK prise à la Gare de Lyon