mercredi 15 juillet 2009

Pour un pôle de compétitivité "Tourisme"

clip_image002

Dans une interview de Remi CHARMETANT Directeur de Savoie Mont-Blanc, du 5 juillet celui-ci évoque la création d’un pôle de compétitivité « Tourisme ». Je défends avec mes faibles moyens d’expert cette idée depuis plusieurs années. Conjointement avec Cécile ALVERGNAT – Secrétaire Générale du Réseau des Echangeurs – nous avions même envisagé la création d’une antenne spécialisée sur le Tourisme. Un projet similaire avait été imaginé en région PACA sous l’impulsion d’IBM. Le CNAM utilise en ce moment toute sa force de lobbying parisienne pour se positionner sur ce thème avec un projet d’ Institut Français du Tourisme.

Alors, même si la création de nouveaux pôles de compétitivité est gélée pour les trois prochaines années (2009-2011) il n'en reste pas moins vrai que 1,5 milliard d’euros sont affectés par le Gouvernement pour les pôles de compétitivité durant cette période. Alors pourquoi pas un 72ème pôle pour le tourisme ou la refonte d'un pôle existant ? Je supporte entièrement l’idée d’un pôle de compétitivité « Tourisme » qui pourrait s’appuyer sur les fédérations professionnelles (SNTF, SNMSF, Associations de stations et d’hôteliers, FNOTSI) mais aussi de grands acteurs comme la Compagnie du Mont-Blanc, la Compagnie des Alpes ou le groupe Accor qui supporte à la fois l’Institut Français du Tourisme et l’Ecole Hôtelière de Lausanne. La présence de 3 grandes écoles hôtelières (Glion, Les Roches, EHL) du top 10 mondial à moins d’une heure de route d’Annecy est aussi une opportunité qui pourrait donner une vraie dimension internationale à ce pôle de compétitivité tout en lui procurant des financements européens. AMADEUS et GALILEO, les leaders des systèmes GDS européens pourraient aussi participer à cette aventure pour le grand bien des étudiants du Master Tourisme de Chambéry qui en fin de scolarité ne sont exposé à aucun de ces systèmes de réservation. Que dire alors de la connaissance des standards XML internationaux tel que ceux promus par l’Open Travel Alliance (OTA) trop occultés par les approches franco-françaises voir régionales de l’XFT ou SITRA même si ce dernier développe maintenant des accords avec les grands du voyage en ligne comme Tripadvisor.

J’ajoute que cela pourrait être une motivation supplémentaire pour intensifier l’action d’un incubateur comme GRAIN pour stimuler la recherche en ce domaine à l’Université de Savoie et/ou à l’ESC de Chambéry. Par ailleurs, les structures de financement comme Léman Angels et Savoie Angels pourraient être des partenaires financiers d’un Pôle de compétitivité « Tourisme » comme ils le sont pour SPORALTEC ou TERNERRDIS afin d’apporter les fonds propres et les conseils aux nombreux créateurs d’entreprises qui souhaitent se lancer dans ce secteur.

A l’heure ou le marché anglais s’effondre à l’image de la monnaie de ce pays, tous les yeux des opérateurs sont tournés vers les pays émergeants que sont l’Inde, la Chine, ou encore les pays du Moyen-Orient. Tous les processus et approches actuelles sont remis en cause avec l’arrivée de ces nouveaux clients. Des produits qu’il est nécessaire d’adapter, aux employés qui ne peuvent plus se contenter de parler une langue européenne pour satisfaire le chaland en passant par les canaux de communication et de ventes qui ne sont plus du tout les mêmes. Tout est à reconsidérer ! Le conseil scientifique d’un tel pôle de compétitivité serait alors un excellent conseil pour les élus. Par exemple dans le domaine des technologie (Je réagi, ici à une information qui reste à vérifier selon laquelle le département de la Haute-Savoie aurait récemment opté pour une infrastructure de réseau basé sur des liasons « cuivre » en lieu et place de la fibre optique plus onéreuse à installer mais bien plus performante) est la marque d’une méconnaissance de la manière dont on peut rentabiliser de tels investissements car l’industrie touristique est fortement consommatrice de bande passante. Les vidéos, les images, l’accès aux bases de données à distance sont les outils de promotion d’aujourd’hui. Les clients arrivent de plus en plus souvent avec leur PC dans leurs bagages pour rester connecté avec leur monde à nous de leur offrir des vitesse de transmission identiques à celles qu’ils connaissent dans leur environnement.
Un pôle de compétitivité est un fantastique outil pour décloisonner les acteurs de cette industrie comme le déclarait Jean-Jacques DESCAMPS – Co-Président de l’IFT lors d’une session dédiée à la recherche dans ce secteur industriel : « les changements économiques, technologiques et culturels qui touchent toutes les activités du tourisme exigent plus que jamais la professionnalisation et l’internationalisation de ses métiers et l’excellence de ses entreprises » - point de vue que je reprenais dans un billet dédié à la recherche en tourisme. Positionner cet outil dans les Pays de Savoie en recherchant des synergies avec nos voisins suisses et italiens qui sont confrontés aux mêmes défis est une opportunité non seulement pour les acteurs locaux, mais pour l’ensemble de l’industrie touristique.

Il est évident que la dynamique générée par un pôle de compétitivité est un atout pour innover et ainsi maintenir et créer les emplois de demain quelques soit les évolutions climatiques ou économiques même si le Tourisme représente que ~12% du PIB des Savoie et 6,2% de celui de la France.

Jean-Claude MORAND – 15 juillet 2009