jeudi 29 juillet 2010

De Robert BOGEY à Christophe LEMAITRE

 

Christophe Lemaitre au championnat d'Europe d'athlétisme - juillet 2010 – Barcelone . Photo de E. Van Leeuwen


Certains lecteurs se souviennent peut-être de Robert BOGEY dans les années 60. Il m’a donné le goût pour le cross country et le demi-fond à l’époque (*). C’était lui aussi un membre de l’ASA et un sportif qui a donné l’envie à de nombreux savoyards et haut-savoyards de pratiquer l’athlétisme. Depuis, ce même club a accueilli d’autres athlètes comme Guy HUSSON et Paul ARPIN qui nous ont aussi fait vibrer.

Aujourd’hui, après l’équipe chambérienne de handball c’est au tour de Christophe LEMAITRE  de rappeler au monde entier que les pays de Savoie sont le terreau de personnages d’exception tant dans le domaine sportif que politique, artistique ou scientifique.


Jean-Claude MORAND – 29/7/2010



Crédit Photo : Erik van Leeuwen – Wikimedia
(*) Depuis, l’âge et les kilos… ont pris le relais :-)

mardi 27 juillet 2010

Tribalocratie

Péricles clip_image001Périclès considérait que « La démocratie c'est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. ». Où en sommes-nous ?

La mort d’un braqueur suivie de la montée de violence suite à ce hold-up semble mettre à mal ce concept de vie qui régit notre société depuis 2500 ans.

Avec ce billet, j’exprime ma surprise à l’écoute de la décision de mettre au vert les fonctionnaires de la BAC grenobloise et de les remplacer par des renforts venus d’autres régions. Les policiers grenoblois et leurs familles pourront-ils revenir ? Qu’en sera t ’il si les menaces exprimées sont étendues aux nouveaux arrivants ? Car, si je comprends bien, ces menaces de représailles ne sont pas nominatives mais adressées au « système » mis en place pour limiter les activités des malfaiteurs. La police étant une expression de la démocratie.

Alors pour documenter mon billet, j’ai lu de nombreux articles des médias nationaux, j’ai écouté quelques interviews et surfé sur des centaines de réactions publiées sur les blogs de ces mêmes journaux. Les avis se radicalisent ! Deux concepts de vie s’affrontent avec un vocabulaire de plus en plus violent. Fort heureusement, la période estivale est peu propice aux escalades verbales .des élus. Mais combien de temps l’opinion publique restera t’elle silencieuse face aux attaques à la voiture bélier contre les symboles de la république ? Les bulletins de vote seront-ils des boucliers efficaces pour se parer d’une attaque au lance-roquette que Le Point considère comme plausible ?

Wikipedia définit la démocratie ainsi : « Le terme démocratie s'oppose historiquement aux systèmes monarchiques, où le pouvoir est détenu par un seul, ou oligarchiques où le pouvoir est aux mains d'un petit groupe. Dans son sens originel (dans la cité-État d'Athènes du Ve siècle av. J.-C.), la démocratie (du grec ancien δημοκρατία / dēmokratía, « souveraineté du peuple », de δῆμος / dêmos, « peuple » et κράτος / krátos, « pouvoir », « souveraineté ») est le gouvernement de tous (limités aux citoyens). »

Bien que sur la forme, je puisse comprendre la peur et le choc que les membres de la BAC et leurs familles doivent supporter, je considère que le retrait de ces hommes est un début d’abandon de pouvoir donc d’une perte de l’un des éléments fondamentaux de la démocratie. Une reprise en main plus qu’énergique de la situation me permettrait évidemment de faire évoluer mon avis. Cela suppose donc l’interpellation et une condamnation exemplaire des auteurs de ce chantage ignoble mais aussi la poursuite de la recherche des caches d’armes comme celle qui a permis ce matin de retrouver des armes de poing et un fusil mitrailleur dans un bar.

En l’absence d’une réaction de notre système démocratique, nous pourrions alors enrichir l’encyclopédie populaire d’un nouveau terme qui pourrait être tribalocratie.

Jean-Claude MORAND 27/7/2010



Crédit photo : Buste de Périclès, copie de l'œuvre de Crésilas (430 av. J.-C.), musée Pio-Clementino Marbre, copie romaine d'après un original grec de 430 av. J.-C. environ. Photo de Marie-Lan Nguyen (2009)

vendredi 23 juillet 2010

Séquence émotion – Quand le centre d’Annecy était un endroit chic.

couverture de lexpressLa lecture de l’Express (N° 3081 du 21 au 27 juillet) pour son édition locale couvrant les trésors cachés d’Annecy m’a transporté quelques années en arrière. En 1963, une époque où l’on se connaissait presque tous et un temps ou le gotha industriel et du show bizz venait séjourner dans l’un des deux hôtels prisés de la ville. L’Impérial dans son ancienne version (il ferma à la fin 1963) et le Splendid que gérait la famille Rey, également propriétaire de La Taverne.
André Clavel – le journaliste de l’Express – ravive ma mémoire en rappelant que La Taverne était le lieu où il fallait être. Un lieu que Patrick MODIANO refait vivre dans plusieurs de ses romans. Pour ma part, j’y ai vécu des expériences extraordinaire durant plusieurs été et aussi pendant les vacances de Pâques car j’officiais  en qualité de chasseur, portant du haut de mes 14 ans les grosses valises d’illustres hôtes. Je me souviens aussi d’une gitane (oui, il y en avait déjà !) qui venait vendre des cyclamens, se tenant entre l’entrée de l’hôtel (toujours la même) et celle de la brasserie. Je me souviens aussi de l’Hôtel VERDUN qui se trouvait à la place du centre Bonlieu.
J’appartiens à cette poignée d’annécien inconsolables qui donnerait cher pour retrouver cette ambiance du centre ville comme le souligne André Clavel mais exactement de la même manière.

La Taverne à Modiano


Cette histoire me permet de faire le lien avec le projet actuel de restructuration du théâtre de Bonlieu. Un projet devisé (il y a deux ans) à 15 millions d’euros et qui tout naturellement devrait atteindre ou dépasser 20 millions le temps que les décisions soient prises et que les appels d’offres soient lancés. De plus, une question de goût architectural, je n’ai jamais aimé ce que l’architecte Maurice Novarina a fait en cet endroit.  Je considère aussi que la bibliothèque et le théâtre n’ont pas nécessairement a être positionnés aussi près du lac. Ces équipements devraient être plus proches des lieux d’habitation de leur clientèle et/ou se positionner sur le parcours naturel des annéciens. Je ne verrais ainsi aucun inconvénient à ce qu’ils soient positionnés à proximité des établissements scolaires. En posant cette hypothèse de travail, de nombreuses options deviennent possibles :
  1. Soit on migre ce nouveau centre culturel au milieu ou à proximité des nouvelles zones d’habitation. Je pense ainsi à Seynod, à la partie nord de l’agglomération.
  2. Soit on saisi l’opportunité d’un aménagement des haras
Cela permettrait de reconsidérer complètement la zone de Bonlieu et donc de créer l’opportunité de redonner une nouvelle ambiance au centre ville avec pourquoi pas un complexe hôtelier qui pourrait venir étoffer l’offre pour accueillir congrès et manifestations tout en proposant aux annéciens un espace de convivialité que nous l’offrait La Taverne de Savoie.
PS: Je considère que la place d’un éventuel centre de congrès n’est pas à proximité du lac mais dans un lieu plus excentré afin de pouvoir réserver l’accès à notre joyaux naturel aux annéciens et à nos hôtes. Je reviendrai sur ce thème dans un billet dédié au tourisme d’affaires.  
Jean-Claude MORAND – 23/7/2010



Pour en savoir plus : La villa triste de Patrick MODIANO

jeudi 22 juillet 2010

Conférence "e-tourisme pour le développement des territoires"…j’animerai une table ronde le 21 octobre.

J’aurai en effet le plaisir d’animer la table ronde dédiée aux TIC au service du marketing territorial lors des Rencontres francophones du e-tourisme. Ces rencontres ont pour but de renforcer l'industrie touristique des pays de la francophonie

  • dans une optique responsable et durable 
  • par un usage très développé des technologies de l'information, de la relation, du 2.0 collaboratif 
  • par l'innovation et par l'implication des populations, et des acteurs de la culture, de l'art, des patrimoines, de l'artisanat
  • par la pratique du storytelling et la création d’expériences touristiques 
  • par la formation et le e-learning dans les domaines nécessaires à la maîtrise des technologies et techniques du e-tourisme, du tourisme reponsable, du tourisme culturel ou d'entreprise

Le 21 Octobre 2010, en marge du XIIIè Sommet de la Francophonie de  Montreux, aura lieu en Suisse, à Vevey la Conférence"e-tourisme pour le développement des territoires" au travers d’un colloque où se croiseront les réflexions des chercheurs et des acteurs de terrain.

Cette conférence réunit :

  • Chercheurs internationaux et experts professionnels du e-tourisme
  • acteurs du e-tourisme (agence de voyage, sites institutionnels, tour operators, acteurs de l'hébergement, du tourisme vert etc.)
  • participants au sommet de la Francophonie investis dans la valorisation de leur territoire

Pour en savoir plus : http://www.tourisme-francophone.fr/6.html 

Crédit Photo : Ch.Sonderegger CH-9424 Rheineck

mercredi 21 juillet 2010

Le cheptel du CG de la Savoie…

En visionnant cette vidéo, j’ai cherché à savoir si l’artiste (avec quelques complicités..) avait :

  • un nombre de bovins équivalent au nombre de conseillers généraux
  • attribué un nom à chacune de ces vaches en puissant dans l’annuaire des membres du CG.

La bonne nouvelle, est que je n’ai pas observé de vache folle et/ou de taureau furieux.

En tout cas, je suis preneur pour en mettre une au milieu de la vaste pelouse de ma copropriété. :-)

 

Le cheptel du Conseil général envoyé par Savoie-actu. - L'info internationale vidéo.



dimanche 18 juillet 2010

Christian ESTROSI rappelle l’importance de l’industrie en Haute-Savoie

image
A l’heure ou de nombreux Haut-Savoyards s’émerveillent devant les feux d’artifices tirés en l’honneur d’une candidature gagnée sans gloire, le CIO ne pouvant accepter moins de 3 candidatures, pour les JO d’hiver 2018,  Christian ESTROSI, Ministre de l’industrie est venu célébrer les réalisations de notre département. Loin des fastes olympiens,  il a pu apprécier les avancées de la mécatronique (*) qui positionne SNR non seulement en leader de son secteur mais aussi comme l’un des premier employeur du département.


Je partage ces propos selon lesquels « les fondamentaux économiques du XXI e siècle c’est la noblesse d’une industrie. La noblesse des ouvriers et des ingénieurs. ». Car n’oublions pas que l’industrie représente un peu plus de 39’000 emplois, (**) loin devant le tourisme. La compétition est certes intense mais la formation des ingénieurs français permet de la soutenir. Nos pôles de compétitivité sont là pour appuyer les initiatives que nous pourrions collectivement prendre. Notre pays a su, au XXe siècle, faire voler le Concorde, créer Airbus Industrie, gagner un leadership incontesté avec le Minitel, mettre sur orbite des satellites avec Ariane Espace ou encore concevoir des centrales nucléaires. Qu’en est-il aujourd’hui ? Nous laissons partir nos usines en Asie, non seulement pour produire mais aussi pour innover. Pourquoi ?

Une multitudes de raisons peuvent expliquer cette mutation économique. Ce billet ne saurait les traiter de manière exhaustive. Avançons donc quelques éléments de réflexion et une proposition.

Le financement des initiatives privées ressemble souvent à du saupoudrage de subventions, l’apport en capitaux propres proposés par les structures de Venture Capital françaises dépasse rarement le million d’euros.  Les programmes industriels étatiques d’envergure ne sont plus de mise au nom de la doctrine libérale. Mais de par la taille de notre pays, de la lenteur des changement d’attitudes, de l’importance des fonds disponibles et d’une naturelle aversion au risque, les mécanismes de financement pour des initiatives importantes (x>10 millions d’€) sont rarement disponibles.


En revanche, notre Société est capable de ce mobiliser pour quelques grandes causes largement soutenues par des actions de communication. Je pense aux grandes collectes comme le Téléthon ou encore les grandes manifestations sportives. Dans les deux cas, la collecte des fonds s’appuient sur un élan populaire qui se matérialisent soit par des dons ou des droits d’accès aux images. Les chaînes de télévision étant prêtes à investir des millions d’euros pour couvrir le Tour de France, la Coupe du Monde de football ou les JO car elles savent qu’elles pourront dégager de substantiels profits en vendant des spots publicitaires. Au delà des CODEVI et de quelques autres produits financiers, il n’existe pas d’équivalent et surtout d’engouement populaire pour prendre le relais de l’Etat pour assurer le financement de grandes initiatives industrielles.



Alors permettez moi de rêver en ce dimanche matin, de voir nos élus départementaux autour d’une table d’actionnaires et de réunir entre 15 et 25 millions d’euros pour apporter autant de fonds propres au maximum à 3 entreprises dont le business plan prévoiraient de créer au moins 250 emplois pérennes en Haute-Savoie.
Pourquoi 3 entreprises ? Pour que chacune d’entre-elle ait les moyens de son ambition.
Pourquoi 15 à 25 millions ? Car c’est approximativement le montant que nous sommes en train de dépenser en communication pour soutenir une cause que je considère comme perdue.
Jean-Claude MORAND 18/7/2010


(*) Selon Wikipedia, “la mécatronique est la combinaison synergique et systémique de la mécanique, de l'électronique et de l'informatique temps réel. L'intérêt de ce domaine d'ingénierie interdisciplinaire est de concevoir des systèmes automatiques puissants et de permettre le contrôle de systèmes complexes.
La norme NF E 01-010 (2008) définit la mécatronique comme une « démarche visant l’intégration en synergie de la mécanique, l’électronique, l’automatique et l’informatique dans la conception et la fabrication d’un produit en vue d’augmenter et/ou d’optimiser sa fonctionnalité »”

vendredi 16 juillet 2010

e-Tourisme au Maroc

J’ai eu le plaisir en 2004 et 2005 d’intervenir à l’Université de Salerno à Lecce dans les Pouilles et plus particulièrement pour l’e-Business Management Section (EBMS) qui a créé depuis un centre de compétence à Casablanca.


Je viens de recevoir une invitation de mes amis chercheurs de cette université pour conduire un workshop à Casablanca fin septembre 2010. Je me réjouis par avance de pouvoir rencontrer à nouveau cette équipe extrêmement dynamique et d’un excellent niveau. Je reprendrai certainement les concepts du marketing expérientiel en matière touristique en proposant différentes techniques pour promouvoir le  tourisme en ligne.

Merci à Youssef Bouali Aldo Romano, Giuseppina Passiante, Gianluca Elia et Angelo Corallo

Le nouveau look d’Albigny

IMG00099-20100716-1141 Petite inauguration ce matin pour les aménagements le long de la plage d’Albigny. 1.8 millions d’Euros investis pour améliorer la sécurité des piétons, cyclistes et handicapés qui sont très nombreux à fréquenter ce lieu dès que le soleil fait son apparition. Même en hiver les cyclistes et promeneurs sont de plus en plus nombreux à profiter de l’endroit.

Au cours cette manifestation œcuménique où Jean-Luc RIGAUT – en qualité de Président de l’agglomération, Christian MONTEIL – Président du Conseil Général et bien entendu de Bernard ACCOYER en qualité de Maire d’Annecy-le-Vieux nous avons appris que :
  1. Un projet de prolongement du quai en bois du Petit-Port était en gestation
  2. L’idée de créer une liaison filaire (téléphérique, télécabine,…) était lancée pour desservir le col de la Forclaz d’où de très nombreux parapentistes s’élancent pour voler au-dessus du lac d’Annecy.
Deux idées qui me paraissent tout à fait opportunes.

Le développement du tourisme d’affaires dans cette zone semble toujours être considéré. Je suis plus réservé sur ce point.
Jean-Claude MORAND 16/7/2010

vendredi 9 juillet 2010

ISF : vers une réduction de l’avantage fiscal pour les investissements directs

BourgetPart_petit LOGO 1-300x267 Actuellement, une personne assujettie à l’ISF peut payer cet impôt en déduisant 75% des investissements effectués dans une PME et dans la limite de 50’000 €. Cette mesure a permis la création de fonds d’investissement regroupant des Business Angels dans des holdings de participation. Membre de l’association Savoie-Angels depuis 3 ans, nous avons ainsi successivement créé Allobroge participations, Bourget participations et allons très prochainement finaliser la mise sur pieds de Charmettes participations. Chacun de ses fonds étant doté d’un capital de 600 K€ qui ont été investis dans des PME et startups des pays de Savoie.
En 2009 c’est ainsi plus d’une centaine de dossiers qui ont été proposés aux membres des comités de sélection. « Ce sont plus de 1 100 000€ que Savoie Angels a investi dans 6 entreprises au cours du premier semestre 2010, la dynamique de notre association au service de l’économie locale se poursuit» déclare Dominique Favario, Président de Savoie Angels. Ceci tient au fait qu’en plus des interventions des fonds, chaque membre de l’association peut intervenir à titre privé (en priorité au fond) permettant ainsi un effet démultiplicateur de la dotation en fonds propres des entreprises sélectionnées. Et pour être complet, cette dotation en fonds propres est souvent un pré-requis des banquiers et d’OSEO pour apporter des fonds supplémentaires aux entreprises porteuses d’un projet.
La loi de finance modificative de 2009 a malheureusement apporté une première limite à la collectes des fonds en limitant le nombre d’associés des holding participatives à 50. Ceci pour contrer des initiatives de certaines institutions financières qui avaient utilisé ce support pour vendre des fonds ISF et donc détourner l’esprit de la loi qui a pour but de développer les investissements de proximité.

Le coup de rabot que le gouvernement semble vouloir donner en limitant cette niche fiscale à 50 % de l’investissement peut apparaître dans un premier temps comme une limitation dans la collecte des fonds. Elle le sera surement !
Mais pour avoir participer à l’étude de nombreux dossiers, je vois aussi un aspect positif dans cette mesure car elle incitera les Business Angels à être beaucoup plus sélectifs pour le choix de leurs investissements en ne retenant que des entreprises qui ont (selon eux) une réelle chance de succès et ainsi de pouvoir espérer récupérer leur mise après une détention de plus de 5 ans. Attitude qui n’a pas toujours été de mise quand le risque était limité à 25 % du montant investi et encore avant la prise en compte de la garantie OSEO accordée sous certaines conditions aux fonds participatifs.
En conclusion, OK pour 50 % mais a condition que la limitation de 50 associés soit levée pour les fonds de Business Angels.
Jean-Claude MORAND – 9/7/10

jeudi 8 juillet 2010

Lueur d’optimisme au FMI

Depuis quelques mois, je suis de plus en plus inquiet quant à l’évolution de la situation économique en Europe. La sélection des sujets de mes billets n’est qu’une expression de cette crainte. Alors, ce matin, j’ai découvert une annonce faite par le FMI à Hong Kong : “La reprise mondiale se poursuivra, malgré davantage de turbulences financières”. Voilà qui me donne une lueur d’optimisme pour commencer la journée.

image

 

Dans leur communiqué les experts du FMI notent que “L'économie mondiale se raffermit, mais
est secouée par des chocs financiers”.
Leurs prévisions de croissance pour les pays émergeants dont la Chine avec +10.5 % de PIB en 2011 reste soutenue avec une moyenne à +6.8 % pour ces pays. Pour la France, ils ne prévoient pas récession mais une progression revue à la baisse de 1.4 % de progression du PIB.

Jean-Claude MORAND 8/7/2010

dimanche 4 juillet 2010

Serons-nous réellement ruinés dans 10 ans ?

Je viens de terminer le dernier ouvrage de Jacques ATTALI “Tous ruinés dans dix ans ? Dette publique : la dernière chance” et bien que je trouve les propos de cet essai un peu moins pessimiste qu’ “Une brève histoire de l'avenir(2007) il brosse un tableau pas très réjouissant de notre avenir.
Il est vrai que nous venons de franchir le cap des 1535 milliards d’Euros de dette et de passer par la même occasion 80% du PIB d’endettement. Toutefois, Jacques ATTALI estime que tout n’est pas encore perdu pour autant que nos dirigeants trouvent le courage politique de prendre des mesures qui seront fatalement impopulaires et donc politiquement très risquées. Il en effet bien plus populaire de parler de la défaite des bleus que d’aborder le thème un peu difficile d’accès des mécanismes des économies nationales et des dettes publiques externe et interne. Ceci est d’autant plus difficile que comme le souligne l’auteur 2011 et 2012 seront des années électorales peut propices à prendre des mesures impopulaires. Alors il prédit que “nos institutions n’y résisterons pas. On maudira la classe politique qui, pour n’avoir pas pris le risque d’une impopularité provisoire, aura reculé pendant des décennies devant les réformes difficiles.” (page 179)

Ne sommes nous pas dans cette situation pour la réforme des retraites trop timidement soutenue par nos élus locaux ?
Jean-Claude MORAND – 4/7/2010