vendredi 28 mai 2010

Responsabilité des auteurs sur Internet – Réaction au projet de loi Masson

clip_image002Une proposition de loi tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des « blogueurs » professionnels et non professionnels, présentée par M. Jean Louis MASSON, Sénateur fait débat.

Auteurs depuis 2004 de plusieurs blogs dont les flux RSS sont repris par plusieurs médias et publiant également sur Agoravox, je suis favorable à l’identification des blogueurs et surtout des auteurs des commentaires de manière plus claire, car il trop facile de publier des « critiques » souvent à la limite de la diffamation en se cachant derrière un pseudo. En ce domaine, face à la multitude des abus, AgoraVox a complètement changé sa stratégie au fil des années. En tenant cette position, je ne fais pas l’apôtre de la censure, car il ne s’agit en aucun cas de cela, mais simplement de responsabiliser les auteurs qui publient de plus en plus sur Internet. Pourquoi accepterait-on une impunité de tous propos sur la toile alors que les mêmes propos imprimés dans un journal ou tenus dans un lieu public seraient susceptibles d’une action en justice ? Je préciserais toutefois que le champ d’application doit être étendu à toutes les formes d’expression en ligne en commençant par les forums de discussion, bien entendu les blogs, mais aussi les nombreux réseaux sociaux de Skyblog à Facebook sans oublier les Viadeo ou Linkedin. D’autres encore un peu moins utilisés comme Twitter (~600 000 utilisateurs en France) et d’autres qui ne manqueront pas de voir le jour dans le futur.

Cela dit, je suis intervenu en mars 2008 pour soutenir, avec des arguments techniques (que je vous invite à découvrir (*)), un hébergeur d’un blog qui se voyait condamné par le Tribunal de Nanterre pour de propos tenus par un blogueur. Ma proposition est effectivement de considérer le propriétaire d’un espace d’expression public (forums, blogs, réseaux sociaux…) comme un Directeur d’édition responsable de ses propos.

En ce qui concerne les commentaires, il me semble difficile d’éviter les pseudos les plus fantaisistes. Dès lors, je propose comme le font de nombreux médias que le Directeur d’édition (propriétaire du blog ou du forum) accepte uniquement les commentaires en provenance d’utilisateurs qui se soient au préalable inscrits en ayant validé leur email (double opt-in). L’email de l’auteur n’étant pas affiché, en revanche il doit pouvoir être transmis dès qu’un problème se pose.

Je reste donc sur ma position de mars 2008, en considérant qu’un auteur qui choisit de diffuser publiquement des informations en utilisant un protocole standard de communication … ne peut se soustraire à sa responsabilité d’auteur. Ors les blogs utilisent les standards XML/RSS/ATOM que cela soit pour la syndication ou l’agrégation de commentaires.

De même, je partage l’attendu du projet de loi qui stipule que « la distinction entre le non-professionnel et le professionnel est malaisée, car une personne peut être considérée comme professionnelle ou pas selon la nature du sujet sur lequel elle s'exprime.»

Jean-Claude MORAND – 28/5/2010
entre autre auteur de l’ouvrage « RSS, blogs : un nouvel outil pour le management »

(*)De la responsabilité du contenu des messages XML/RSS/ATOM - http://cyberstrat.blogspot.com/2008_03_01_archive.html

mardi 25 mai 2010

Pays de Savoie – Territoire numérique ?

image Le débat sur la création d’infrastructures numériques en Haute-Savoie est engagé depuis de très nombreuses années. Mais avec la généralisation des accès à Très Haut Débit, de nouvelles attentes sont exprimées par les citoyens que nous sommes. J’en fait un inventaire, sans doute incomplet, dans un white paper complété de 10 propositions pour le développement de l’économie numérique en Haute-Savoie.

Quels avantages pour les individus ? Et pour les entreprises ?

19 pages pour comprendre les enjeux en matière :

  • d’e-Administration
  • d’enseignement
  • de santé
  • pour le tourisme
  • pour la gestion du vieillissement de la population
  • pour lutter contre les décentralisations
  • pour développer les emplois du tertiaire
  • pour stimuler le télétravail
  • pour soutenir les grands événements sportifs

A télécharger ici

Les commentaires et idées complémentaires sont les bienvenus pour faire évoluer ce document que je l’espère pourra être repris par nos décideurs.

Jean-Claude MORAND – 25/05/2010

mercredi 19 mai 2010

4,5 Mds€ pour le Très Haut Débit. Combien pour la Haute-Savoie ?

Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’État chargée de la Prospective et du Développement de l’économie numérique, répond à Francis Saint-Léger, Député de la Lozère, au sujet de l'accès au très Haut-Débit des territoires ruraux (Questions au Gouvernement - 18 mai 2010). 4,5 Md€ vont être investis dans ce programme pour que tous les français aient accès au THD d’ici 2025. 2 Mds€ doivent être investis dans les réseaux des zones moyennement et peu denses.

Si les villes haut-savoyards peuvent être considérées comme denses et donc susciter l’intérêt relatif de Numéricâble, de France Télécom ou d’autres opérateurs, il n’en est pas de même pour le reste du territoire doté d’un habitat plus diffus et surtout demandant des travaux de génie civil important pour être couverts en THD. Nathalie Kosciusko-Morizet à raison lorsqu’elle précise que la fibre n’est pas la seule technologie pouvant être considérée. Mais la première chose est de pouvoir disposer d’un Schéma Territorial d’Aménagement du Numérique. Un élaboration qui doit sans doute être placée sous la responsabilité de SYANE (ex-SELEQ).


Jean-Claude MORAND – 19/05/2010

jeudi 13 mai 2010

Jaques Attali : "La crise ne fait que commencer"

Il est vrai que notre économiste n’a pas pour habitude de donner une vision optimiste de notre futur sociétal et économique. Ces prédictions parlent d’hyperconflits et de crise économique. Derrière ses scénarii un peu noir, je perçois des réalités que nos politiques ont compris, j’en suis persuadé. Toutefois,comme Jacques ATTALI le déclare, bien peu ont le courage d’annoncer à leur électorat que l’avenir sera encore moins bon que le présent. Finalement, Standard & Poor leur rend un grand service en dégradant la notation du risque leur permettant ainsi de prendre des mesures un peu plus appropriées pour tenter du limiter les dégâts et effectivement prendre des décision au milieu de la tempête.
 

Cela dit, je ne partage pas tout à fait sont point de vue à propos d’une crédibilité accrue si l’Europe devenait l’emprunteur en lieu et place des pays. Car si la moyenne des ratios des déficits/PIB et le rapport dette publique/PIB pourraient se trouver légèrement améliorés grâce à la prise en compte des éléments budgétaires des meilleurs, les budgets français, italien, portugais, espagnol, grecque, irlandais…et français pèseraient très lourd dans la balance. Je crois effectivement que le prochain “incident” financier va être un détonateur qui permettra de réunir une fois de plus les experts autour de la table des négociations pour une fois encore faire un pas en direction de l’unité européenne.  Et j’espère que les hausses de TVA, impôts supplémentaires ne conduiront pas les européens dans les rues ou dans les bras des démagogues des partis extrêmes.
Jean-Claude MORAND – 13/5/2010

Syndicat des Energies et de l'Aménagement numérique de la Haute-Savoie prépare les infrastructures pour le haut débit

Le développement de l’économie numérique est l’une de mes préoccupations pour avoir eu la chance de travailler pour deux leaders mondiaux de l’industrie high-tech et à ce titre de contribuer activement à la vie de plusieurs consortia sur ce thème. Je souhaite que notre région puisse devenir un territoire où les entreprises et les citoyens puissent trouver des infrastructures numériques supportant la comparaison avec les meilleurs au niveau mondial avec en particulier les Coréens qui sont pour encore pour quelques en compétition avec la Haute-Savoie dans le cadre du dossier des JO 2018. Et en ce domaine, nous devons admettre que notre dossier n’est présente pas les meilleurs atouts.

Alors, je ne peux être que satisfait lorsque les élus du SELEQ 74 (Syndicat d'Electricité, des Energies et d'Equipement de la Haute-Savoie) - sous la présidence de Jean-Paul Amoudry, sénateur de la Haute-Savoie - lancent le plan de traitement des "zones blanches " non desservies par le haut débit, en concertation avec le Conseil général. Ce programme de traitement des "zones blanches ", piloté et réalisé sous la maîtrise d'ouvrage du SELEQ SYANE 74, permettra de rendre éligibles au haut débit un peu plus de 1 900 lignes. Près de 4 500 lignes verront également leur débit augmenter sensiblement. D'un montant de 4,5 M d'euros, ce plan est financé par le SELEQ SYANE 74 pour 2,2 M d'euros, le Conseil général pour 900 000 € et les communes concernées pour 500 000 €. Une subvention a été sollicitée auprès de l'Europe dans le cadre de l'aménagement numérique des zones rurales.

Pour marquer son action dans l'aménagement numérique de la Haute-Savoie, le SELEQ 74 deviendra au 1er juin 2010 le SYANE, Syndicat des Energies et de l'Aménagement numérique de la Haute-Savoie.

Notons que ces lignes ne doivent pas uniquement être dédiées au transport de la voix, mais aussi des données et de l’image. La télévision numérique, Internet et la voix formant l’offre « triple tier » proposée par la grande majorité des opérateurs. A cette occasion, j’espère qu’un plan à long terme sous forme d’un schéma départemental du numérique soit élaboré et adoubé par les élus pour que notre département puisse offrir des conditions de travail optimum pour le tertiaire.

Ce n’est qu’à ce prix que de nouvelles activités pourront se développer autour du multimédia, de la télémédecine, du télétravail. Je prépare un white paper sur ce thème que je pense être en mesure de diffuser ce blog mi-juin. Si vous souhaitez être tenu informé lorsqu’il sera prêt, je vous invite à me contacter par email ici.

 

Jean-Claude MORAND 13/5/2010

mardi 11 mai 2010

83% des stations sont satisfaites de la saison d’hiver !

image Selon l’observatoire du tourisme Savoie-Mont-Blanc, les premiers résultats disponibles pour cette saison bien que provisoires confirment l’impression de «bonne saison» évoquée dans la précédente note de conjoncture. En effet, les offices de tourisme parlent d’une saison plutôt satisfaisante pour 83 % des stations, équivalente voire supérieure pour 71 % d’entre elles (dont 14 % qui la jugent meilleure). Savoie Mont Blanc devrait ainsi retrouver une fréquentation identique à celle des deux hivers précédents, de l’ordre de 38 millions de nuitées. Une stabilité qui reste plutôt une bonne surprise pour notre destination au vu du contexte de crise économique, au vu également des prévisions de fréquentation orientées à la baisse à la veille du démarrage de la saison, bonne surprise aussi malgré une météo maussade tout au long de l’hiver (déficit d’ensoleillement de 30%).

dimanche 9 mai 2010

60ème anniversaire du discours de Robert Schuman

Aujourd’hui c’est la journée de l’Europe !

Grâce à au travail des leaders de 1950 :

  • Mon diplôme est reconnu dans tous les états de l’Union ;
  • Mon fils pourra faire une partie de ses études dans un autre pays ;
  • Je peux payer ma pizza à Milan sans changer d’argent et payer des commissions de change ;
  • J’ai pu travailler circuler et travailler dans plusieurs pays sans difficulté ;
  • J’ai pu acheter des meubles dans d’autres pays et me les faire livrer sans difficulté ;
  • 82 trimestres (pour l’instant) de retraite ont été validés dans un pays hors de la France ;
  • La grande majorité des produits que je consomme ont été validé et contrôlés par un organisme central (EC) ;
  • Les échanges de données informatisés ont été standardisés par l’industrie qui m’employait facilitant ainsi l’accès aux marchés internationaux de nombreuses entreprises ;
  • Les programmes successifs de recherche (Framework programs) ont permis à toutes les nations de faire avancer la science en Europe.
  • …..

Jean-Claude MORAND – Européen convaincu !

Peut-on affirmer que le tourisme n’est pas délocalisable ?

J’entends assez souvent, les dirigeants des Pays de Savoie affirmer que l’activité touristique de nos départements n’est pas délocalisable et qu’elle est donc pérenne. Je vous invite à visionner cette vidéo de Karine MIRON, une spécialiste du tourisme qui donne à la fois une perspective historique du marché mondial et technologique.


Source : Karine MINON - 2008

Impact de l’allongement de l’espérance de vie sur le système de retraites

7/5/2010 - Eric Woerth présente le deuxième « Mercredi des retraites ». Il s’agit d’un rendez-vous informel d’information et de débat avec des spécialistes de la question, en toile de fond de la concertation avec les partenaires sociaux. Cette réunion vise à détailler les causes et la nature des déséquilibres des régimes de retraites.

La première intervention est celle d’Hervé Le Bras, démographe et historien, directeur d'études à l'Institut national d'études démographiques (INED) et enseignant à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il explique comment l’augmentation de l’espérance de vie à 65 ans a considérablement changé l’équilibre du système des retraites depuis sa création en 1945. Il insiste notamment sur le gain d’années de vie en bonne santé et sur le nombre des femmes en activité qui ne va cesser de croître dans les années à venir.


Source : www.retraites2010.fr

Pour ma part, ayant été un col blanc en bonne santé, je ne souhaite pas m’arrêter et je considère que je suis encore une source de valeur ajoutée pour une entreprise, une association, une organisation et plus généralement la “Société”. Alors en faisant abstraction de l’incidence du chômage, il me semble tout à fait logique de travailler beaucoup plus longtemps.

Jean-Claude MORAND

Vous avez dit déficits !

Toutes les forces vives de l’Europe se penchent enfin sur la situation des déficits publics des principaux pays européens en commençant par l’Angleterre et bien entendu la Grèce. Alors pourquoi la Grèce suscite-t-elle autant d’attention ? Tout simplement, car elle cosignataire du pacte de stabilité européen et qu’elle fait partie de la zone euro contrairement à l’Angleterre qui a vue sa monnaie se déprécier fortement en 2008 et 2009. D'autre part, les situations portugaises et espagnoles ne sont pas très éloignées avec respectivement des prévisions de déficits de 8.8 % et 9.8 % selon les prévisions publiées de la Communauté Européenne. Selon ce même rapport, la France creuserait encore son déficit en 2010 en atteignant 8 % du PIB d’où l’inquiétude de nos autorités pour essayer de juguler ce déficit afin de ne pas voir la notation des agences chargées des évaluations des risques se détériorer.

clip_image002

J’ai inclus dans ce tableau la situation américaine, car je crois que « politiquement » le déficit de ce pays est une barrière protectrice que les agences hésiteront longtemps avant de franchir. Imaginez un instant que Standard & Poor dégrade la notation américaine ? Si mon raisonnement est logique, alors le Portugal et tous les pays suivants seraient à l’abri d’une dégradation de cette évaluation. Il n’en reste pas moins vrai que le pacte de stabilité monétaire qui prévoit un déficit maximum de 3% et un taux d’endettement inférieur à 60 % du PIB a volé en éclat et qu’aucune mesure n’a été prise pour sanctionner les pays qui dépassent ces taux en commençant par la France.

Il faut dire qu’avec un taux d’endettement à fin 2009 de 77,6 % du PIB nous ne sommes pas le meilleur élève de l’Europe !

clip_image004

Certains affirmeront que la France est bien positionnée. Ce n’est qu’une affaire de jugement, notre pays étant il vrai positionné au milieu de l’échantillon des principaux pays européens juste derrière l’Espagne et le Portugal. Il est peut être utile de se rappeler une fois encore que nous sommes situés 17.6 points au dessus du maximum autorisé par le pacte de stabilité financière européen en ce qui concerne l’endettement et 5 points au dessus pour le déficit public.

clip_image006

Quelque soit la nationalité ou le statut des agences de notation elles ne font que déplacer un curseur sur la barre de risque associé à un pays en associant principalement les deux éléments que nous avons présentés dans ce billet.

clip_image009
Source de ce graphique : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

En ce qui concerne la France, nous observons une érosion de la dette publique qui est passée de 1000 milliards en 2003 à 1489 milliards d’Euros en 2009… soit 49 % d’augmentation ! Pour 2010, la situation s’aggravera encore avec un déficit supplémentaire supérieur à 100 milliards.


Quelle que soit la sémantique utilisée par les dirigeants de notre pays, des mesures drastiques doivent être prises pour juguler le recours à l’endettement et le déficit public. Cela peut passer en partie par un gel des investissements, mais surtout par un strict contrôle des dépenses. Et là, nous devons ajouter le facteur social à cette équation déjà bien compliquée. Car toute mesure impactera la vie des Français qui ne manqueront pas d’exprimer leur réprobation comme les Grecs le font actuellement, ceci d’autant plus que nous approchons d’une période électorale et que dans le même temps le gouvernement a lancé un programme de réforme des retraites qui pourrait ajouter un peu plus d’impopularité aux décisions qui seront prises et surtout appliquées.
Jean-Claude MORAND 08/05/2010

vendredi 7 mai 2010

6% des réservations des hôteliers suisses sont effectuées grâce aux OT.

7/5/2010 - La matinée e-Tourisme de PRONUMERICOM à Archamps s'est achevée avec une participation de qualité de nombreux responsables d'Offices du Tourisme haut-savoyards et vaudois... Comme souvent, les discussions se sont poursuivies après la conférence et pendant le repas.

P1010853  P1010855

Début de la session avec l’intervention du Professeur Roland SCHEGG de l’Institut Suisse du Tourisme. Les résultats de leur étude démontre que seulement 6% des réservations sont effectuées grâce aux canaux institutionnels (OT locaux, Régionaux et Swiss Tourisme). Tout comme en Autriche, les acteurs publics suisses se posent quelques questions quant à leur rôle en matière de commercialisation. Je reviendrai sur ce thème fin mai après la publication des résultats dans le journal HotellerieSuisse.

Jean-Claude MORAND

jeudi 6 mai 2010

Christian MONTEIL – Président du Conseil Général de la Haute-Savoie inaugure PRONUMERICOM

IMG00035-20100506-11326/5/10 -  Pas de ruban à couper ; un clic pour lancer une application pour présenter le salon PRONUMERICOM après un une petite série de discours pour souligner l’intérêt de cette première manifestation transfrontalière et surtout l’importance que l’économie du numérique pourrait avoir pour notre région et notre département. Christian MONTEIL a donc apporté son soutien aux entreprises qui se retrouve au parc d’affaires d’Archamps pour présenter des applications et des services autour du thème de l’interactivité et du multimédia.

Après cette première journée technique, nous aborderons les domaines applicatifs demain en commençant par un sujet qui me tient particulièrement à coeur, celui du e-Tourisme que je présenterai avec Roland SCHEGG de l’Ecole Suisse de Tourisme de Sierre. Roland présentera les résultats encore non publiés de sa recherche sur les canaux de distribution utilisés par les clients des hôteliers suisses. Ensuite, j’ai choisi de présenter 11 tendances du e-Tourisme que les webagencies et les professionnels du tourisme devraient introduire pour rester dans le coup et surtout se rapprocher encore plus des prospects et ainsi espérer générer plus de ventes en ligne.

IMG00029-20100506-1106 IMG00031-20100506-1108

mercredi 5 mai 2010

Playdoyer pour les “Etablissements de Réinsertion Scolaire”

clip_image002Lorsque je me suis rendu aux Rencontres d’Autrans, l’an dernier j’ai eu la surprise de pouvoir observer une cérémonie de monter des couleurs à 7h du matin devant une trentaine d’adolescents alignés comme des carottes dans un jardin. En fait, il s’agissait d’élèves de l’école de la deuxième chance ou plus exactement un Etablissement Public d’Insertion d’Insertion de la Défense (EPIDE) qui accueillait ce petit symposium d’experts de l’Internet. Les jeunes (filles et garçons) se préparent à un métier autour d’un programme pédagogique.
Il s'agit d'un parcours complet incluant un accompagnement personnalisé pour permettre au jeune de retrouver ses repères, de s'approprier son projet professionnel et de disposer des qualités comportementales et des compétences répondant aux attentes des entreprises.
Les volontaires signent un contrat d'une durée initiale de 8 mois (2 mois "d'essai" + 6 mois), sans que la durée totale n'excède 24 mois. Ce contrat de "Volontariat pour l'Insertion " n'est pas assimilable à un contrat de travail.
Le programme pédagogique s'articule autour de 3 modules :
  1. une mise à niveau des fondamentaux scolaires (français, orthographe, mathématiques), enseignement adapté aux besoins de chaque élève, incluant une initiation à l'informatique et à la navigation sur Internet ;
  2. une formation civique et comportementale conjuguant heures de cours et mise en application pratique quotidienne, incluant une formation aux premiers secours et une formation au code de la route ;
  3. Une préformation professionnelle en concertation avec les employeurs et les structures existant localement, devant favoriser l'embauche dans des secteurs d'emploi qui recrutent : hôtellerie/restauration, BTP, services à la personne, transport & logistique, services aux entreprises,...
clip_image004Les objectifs de la remise à niveau scolaire sont de faire acquérir aux jeunes le niveau du Certificat de Formation Générale (= niveau de l'ancien Certificat d'Etudes) ainsi qu'un diplôme d'initiation à l'informatique. Dans notre cas, les adolescents avaient installé un réseau WIFI dans les bâtiments et les rues du village afin que nous puissions rester connectés en permanence.
La formation civique et comportementale débouche sur une attestation de formation civique et comportementale. De plus, les volontaires ayant effectué un séjour d'au moins 8 mois dans un centre EPIDE peuvent obtenir le Brevet du Service Civil Volontaire.

L’annonce de ce jour (5 mai 2010) du Président de la République de créer une dizaine d’internats (que j’espère supplémentaires aux EPIDE) pour les élèves les plus difficiles ne fait donc qu’étendre ce système à des personnes qui ne seront peut-être pas aussi « volontaires ». Toutefois, il semble que l’encadrement soit un peu moins militarisé car confié à des personnels volontaires de l'Education nationale, des éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse et des volontaires du service civique.


Quoi qu'il en soit, je trouve cette initiative excellente et je souhaite que la capacité d’accueil de cette dizaine d’ ”Etablissements de Réinsertion Scolaire” dépasse largement ce premier chiffre de 300 places, car il apparait que le besoin est bien supérieur (les besoins estimés par les EPIDe étant de 20'000 par an).
Crédit Photo : EPIDE d’Autrans
Jean-Claude MORAND 5/5/2010

Christian MONTEIL inaugurera PRONUMERICOM Jeudi 6 à 11h

logo-final Nous avons le plaisir de vous annoncer que le salon Pronumericom sera inauguré par Monsieur Christian MONTEIL, Président du Conseil Général de Haute-Savoie à 11h jeudi 06 mai juste après la grande conférence le 06 Mai à 9h30 par ADOBE France.

Vendredi 7 mai @9h30 : Grande conférence “Marché et avenir du e-Tourisme”

samedi 1 mai 2010

Les retraites

clip_image0021/05/2010 - Au moment où j’écris ce billet, j’ai validé 171 trimestres de cotisation auprès des différents régimes de retraites. OUI, cent septante et-un trimestres et je dois encore attendre 18 trimestres avant de pouvoir toucher une partie d’AVS (Suisse) et d’une rente française, car en Suisse l’âge de départ est 65 ans comme dans la plupart des pays européens. Et en plus, une initiative populaire est en gestation pour porter cet âge de départ à 67 ans. Cela me fera donc 189 trimestres validés. C’est ainsi lorsque l’on commence à travailler jeune pour ce payer ses études !

Mais étant un col blanc, je ne suis pas pressé de m’arrêter et je trouve du plaisir à contribuer à mon environnement, à avoir des contacts sociaux, à faire partager mon expérience et mes connaissances avec d’autres. Je suis heureux de pouvoir continuer à faire des recherches, à écrire. Mais je comprends aussi que la pénibilité de certains emplois use d’autres travailleurs et qu’il serait donc tout à fait normal de prendre en compte ce facteur pour déterminer le point de départ de la prise en charge par la collectivité de ces personnes au titre de la retraite.

Cela dit, le Conseil d’orientation des retraites (COR) composé rappelons-le de 39 partenaires sociaux dont un grand nombre de syndicats confirme que nos régimes de retraite sont confrontés à une situation très difficile, qui menace leur pérennité.

Aujourd’hui, une retraite sur 10 n’est pas financée et, si nous ne faisons rien, ce sera une sur 6 en 2030.

Selon le scénario « médian » du COR, le déficit annuel sera de :

image

L’augmentation de l’espérance de vie est à l’origine de cette situation.

· En 2010, en France, il y a 16 millions de retraités, ils seront 18 millions en 2020 et 22 millions en 2050.

· Le ratio actifs / retraités se dégrade considérablement :

image

La réforme des retraites est absolument nécessaire, car la croissance ne pourrait, même dans le meilleur des cas, suffire à rééquilibrer le système.

Le meilleur scénario du COR (chômage[1] à 4,5 % à compter de 2024 et une croissance moyenne de la productivité de 1,8 %) prévoit un déficit annuel de 56 Md€ en 2030 et de 72 Md€ en 2050.

Le COR propose des pistes d’actions sur plusieurs axes :

  • Taux de cotisation
  • Durée de cotisation
  • Montant des rentes dans le cadre des retraites par répartition

Le système suisse que plus de 50'000 frontaliers connaissent pourrait être une source d’inspiration. Il se compose de 4 piliers :

1. Un système de base (AVS) qui permet à un travailleur de toucher sa retraite complète à 65 ans pour autant qu’il ait cotisé 44 ans soit 176 trimestres.

2. Un 2e pilier, obligatoire depuis 1982, permettant de constituer un capital financé paritairement par les employeurs et les employés avec un taux de rémunération des capitaux planché. Ce taux est malheureusement très faible étant proche de la rémunération des capitaux placés sans risque.

3. Un 3e pilier qui permet aux salariés de se constituer un capital complémentaire en franchise fiscale avec un plafond de versement annuel. Les taux proposés par les intermédiaires financiers étant un peu plus élevés.

4. Le recours à l’épargne personnelle non déductible fiscalement.

En conclusion, je suis favorable à un allongement substantiel de la durée de cotisation tout le modulant pour tenir compte des effets de la pénibilité de certains emplois. Pour assurer un minimum vital à tous les retraités, le système de retraite par répartition doit être maintenu et en parallèle la poursuite et l’encouragement à la constitution d’une épargne personnelle permettrait de responsabiliser les salariés tout en limitant le déficit. Toutefois, cette incitation doit être techniquement encadrée pour éviter les catastrophes financières en cas de crise boursière ou à l’inverse pour ne pas transformer cette manne en un eldorado pour les institutions financières qui seraient tentées de proposer des rendements trop proches des taux d’inflation.


[1] J’ai beaucoup de mal à croire que notre pays sera capable de revenir à un taux de chômage aussi bas compte tenu du contexte international et de la croissance annoncée des pays de la zone BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine).