jeudi 29 avril 2010

Le e-Tourisme Haut-Savoyard au cœur des discussions du Cercle Numérique d’ATOUT France ce mardi à Paris.

Pour être franc, je dois vous avouer que ma soirée de mardi a été agréable. J’ai eu le plaisir de revoir quelques ténors du “e” quelque chose en France et nous avons pu non seulement écouter la présentation de Xavier DALLOZ sur les enjeux du Consumer Electronics Show 2010 et du CTIA Wireless 2010 mais aussi de rêver quelques actions pour le e-Tourisme haut-savoyard.

P1010840A l’initiative de Philippe FABRY, le Cercle numérique d’ATOUT France avait pour l’occasion élu domicile à la Fondation d’entreprise RICARD juste derrière l’hôtel Grillon à Paris. Muni de sa clef WiMax ramenée de Las Vegas, Xavier a essayé de nous démontrer combien le chemin était long pour que nos acteurs touristiques (ou pas) puissent être compétitifs au sein de l’économie immatérielle en particulier en ce qui concerne le coût des transactions ou des mises en relation. Un concept que je retrouve dans l’essais d’Olivier BOMSEL sous ce même titre. Jacques BESSIERES (Conseiller Municipal à Talloires), Hugues De VALLAVIELLE, Guy RAFFOUR, Xavier DALLOZ (dont la soeur habite aussi au bord du lac d’Annecy) étaient de la partie sans oublier Philippe FABRY, en charge des nouvelles technologies chez ATOUT-FRANCE, trop occupé à s’assurer du succès de cette soirée pour être présent sur cette photo.

Au cours du repas qui a ensuite réunis quelques-uns d’entre-nous nos discussions se sont aussi concentrées sur l’innovation en Haute-Savoie.

logo-final

Nous retrouverons d’ailleurs Philippe FABRY,
vendredi 7 mai à 9H30 à l’occasion de la
“Grande conférence” e-Tourisme
ARCHAMPS

que j’aurai le plaisir d’introduire (Philippe a du annuler sa participation) dans le cadre du salon PRONUMERICOM. Alors que je présenterai six grandes tendances du e-Tourisme pour les mois à venir, Philippe s’attachera à démontrer la montée en puissance du M-Mobile dans le tourisme. Roland SCHEGG, Professeur à l’Ecole Suisse de Tourisme présentera pour sa part en première les résultats d’une recherche sur les canaux de réservation effectivement utilisés par les clients des hôteliers suisses. Pour en connaître les résultats, les responsables d’Offices de Tourisme suisses et français découvriront sans doute, quelques pistes intéressantes pour leurs investissements promotionnels des prochaines saisons.

Pour en savoir plus : L'économie immatérielle Industries et marchés d’expériences d’Olivier BOMSEL – Gallimard.

Pour vous inscrire aux conférences (gratuites) de PRONUMERICOM c’est ici. Attention le nombre de places est limité !

lundi 26 avril 2010

La vie politique annécienne s’anime !

Si j’en crois le dernier billet de Lionnel TARDY, la loi littoral créé à nouveau un peu d’animation au bord du Pâquier bien que cela soit me semble-t’il du côté de Talloires que les enjeux soient présents. Son billet est technique et comme je ne suis pas très au fait de ce dossier, je crois que je vais assister à cette réunion

Ce lundi 26 avril - Salle Pierre Lamy à 20:30

Avec l’espoir que les échanges restent courtois et lié au sujet sans tomber dans les coups politiques entre partis qui ne feraient en rien avancer les causes qu’Annecy portent en ce moment que cela soit le classement du lac au patrimoine mondial de l’UNESCO ou les JO 2018.

Jean-Claude MORAND 26/4/2010

samedi 24 avril 2010

L’enjeu de la pénibilité dans le cadre de la réforme des retraites

iStock_000001160774XSmall La pénibilité est un enjeu majeur de la réforme des retraites. Si l’on veut que la réforme soit juste, c'est-à-dire que chacun reçoive une retraite en rapport avec ce qu’il a cotisé, alors il faut non seulement tenir compte du montant de chaque pension, mais aussi de sa durée. Les pensions étant des rentes distribuées jusqu’à la fin de la vie, l’espérance de vie au moment du départ à la retraite est déterminante.

Or, l’espérance de vie au départ à la retraite varie selon les professions. Selon que le métier exercé est manuel ou non, difficile physiquement ou psychologiquement, l’espérance de vie à 60 ans n’est pas la même. Il faudra donc, si l’on veut être juste dans la réforme, tenir compte de ce critère, et donc prendre en considération la pénibilité de certaines activités.

Reste à s’accorder sur les métiers qui pourraient bénéficier de mesures particulières et de définir la nature de ces mesures !

Crédit photo : Istockphoto 
Jean-Claude MORAND 24/4/10

lundi 19 avril 2010

Facebook vient de changer la terminologie pour les “pages”

L’expression “fan” n’était pas vraiment adaptée en français, un peu trop fort comme sentiment. Alors Facebook vient de changer ce mot par “j’aime”.

Une expression bien adaptée pour les pages de marque ou de produits, mais qu’il m’est (à ce stade) un peu plus difficile d’adopter pour les personnalités (artistes, femmes et hommes politiques, sportifs,…) qui créent des “pages” sur Facebook. Pourtant cette formule est bien mieux adaptée que les profiles pour gérer son identité numérique.

image

Qu’en pensez-vous ?

PS: Si vous aimez mes billets, vous pouvez aussi cliquer sur ce bouton “J’aime” vous êtes les bienvenus.

La retraite en chiffres

Un grand débat démarre sur la réforme des retraites et il me semble intéressant de remarquer que tous les partenaires sociaux s'accordent pour admettre qu'il faut agir tant le gouffre est important. Bien entendu, les solutions qui vont être proposées risque de diverger. Mais au moins le rapport du Comité d'Orientation des Retraites (COR) où les syndicats sont largement représentés, fait autorité et sert de base pour la réflexion.



Je reviendrai sur ce thème au cours des prochaines semaines.

Jean-Claude MORAND

dimanche 18 avril 2010

Une matinée de conférences gratuites pour le e-Tourisme

image

Marseille à ses comptoirs du e-Tourisme, l'ARDESI ses journées en novembre, Paris un barcamp et les Mobile days d'Atout France. Genève et Annecy coopèrent pour offrir gratuitement deux journées de conférences pour vulgariser les usages des nouvelles technologies. J'interviendrai le 7 mai dans le cadre de la matinée dédiée au e-Tourisme. N'hésitez pas à vous inscrire.

Au delà du sujet qui me passionne, il faut souligner la qualité de l’initiative conjointe des organismes chargés de la promotion de l’industrie lémanique (OPI) et ceux de la Haute-Savoie (Agence Economique Départementale). Je souhaite que cette manifestation soit un succès pour qu’elle soit renouvelée et étendue à d’autres domaines.

Jean-Claude MORAND

mercredi 14 avril 2010

Les offices du tourisme des pays de Savoie ont le sourire

image Pour ce mois de mars 2010, la majorité des offices de tourisme interrogés Savoie Mont-Blanc Tourisme,  considère que cette période a été «plutôt bonne» pour 75 % d’entre eux et même «bonne» pour 19 %. Les premiers chiffres disponibles notamment ceux concernant le remplissage des hébergements marchands sont en effet en nette hausse pour l’ensemble des hébergements marchands de Savoie Mont Blanc : le secteur locatif avec un taux d’occupation de 58 % et une progression de 6 points par rapport à mars 2009, celui des hébergements collectifs (70 % avec + 4 points) ainsi que le secteur de l’hôtellerie (75% soit + 6 points).

Cette période hors vacances scolaires a notamment vu les réservations de dernière minute et les courts séjours augmenter nettement : ces hausses ont été signalées par 80 % des offices de tourisme.

Du côté des activités, malgré un mois de mars plus froid qu’à l’accoutumée, les remontées mécaniques devraient afficher des résultats en stabilité. Du côte du ski nordique, le retard pris depuis le début de l’hiver ne pourra pas être comblé.

Comme depuis le début de la saison, les activités du type «promenade» (raquette, pédestre …) sont citées en hausse par 60 % des répondants pour ce mois.

Il faut par ailleurs noter que, sur cette période, la consommation autant dans les restaurants que dans les autres commerces est jugée stable par 53% des offices de tourisme interrogés.

Source : Note de conjoncture Savoie-Mont-Blanc

lundi 12 avril 2010

+ 22 % de budget pour les vieux haut-savoyards en 2010.

On le répète depuis des années, le papy boom va avoir des conséquences sur la société française. Nous y sommes ! Le budget médico social comportant 67 M€ pour les personnes âgées du département explose. 
Selon l’INSEE,  “Au 1er janvier 2050, en supposant que les tendances démographiques récentes se maintiennent, la France métropolitaine compterait 70,0 millions d’habitants, soit 9,3 millions de plus qu’en 2005. La population augmenterait sur toute la période, mais à un rythme de moins en moins rapide. En 2050, un habitant sur trois serait âgé de 60 ans ou plus, contre un sur cinq en 2005. La part des jeunes diminuerait, ainsi que celle des personnes d’âge actif. En 2050, 69 habitants seraient âgés de 60 ans ou plus pour 100 habitants de 20 à 59 ans, soit deux fois plus qu’en 2005. Ces résultats sont sensibles aux hypothèses retenues, mais aucun scénario ne remet en cause le vieillissement, qui est inéluctable.”

Toujours selon l’INSEE, la population de plus de 64 ans passerait de 16.7 % maintenant (2010) à 26.2 % en 2050. Presque un doublement !!

image
Source : Présentation du budget 2010 du Conseil Général de la Haute-Savoie

Alors lorsqu’on observe que le budget du secteur médico social du département passe de 30 à 36 % en une seule année dont une augmentation de 22.11 % pour les seules dépenses couvrant les services aux personnes âgées pour 67 M€, je n’arrive pas à imaginer ce que pourrait être le coût en 2015 et la charge pour les contribuables d’ici la fin du mandat des Conseillers Généraux. Et pour tous ceux qui pensent que 2050, c’est loin je vous invite à regarder d’un peu plus près la courbe de l’évolution de notre population de plus de 65 ans pour découvrir que les effets du baby vont s’accélérer au cours des 5 prochaines années et ce jusqu’en 2040.

image

Jean-Claude MORAND -  12/4/2010

samedi 10 avril 2010

10'053 emplois perdus en 15 mois en Haute-Savoie

10/4/10 - 10'053 emplois perdus en 15 mois c’est énorme ! Pour donner un ordre d’idée complémentaire la comparaison du journaliste c’est presque autant d’emplois que ceux liés au tourisme dans le département !

Est-ce bien dû à la crise ? Personnellement je ne le pense pas. Pourquoi ?

La crise de fin 2008 est d’ordre financière. Les traders ayant joué avec des instruments financiers ayant mis à mal les banques occidentales. Ces banques ont donc dû très rapidement reconstitué leurs réserves quelques fois avec l’aide des états, mais aussi en coupant les robinets des crédits. Certes les entreprises les plus fragiles et celles dont les fonds propres étaient faibles ont souffert et souffrent encore. Mais n’oublions pas que la croissance mondiale en 2009 est certes négative, mais pas autant que cela, de plus les prévisions de la Banque Mondiale pour 2010 et 2011 sont optimistes avec des taux de progression du PIB mondial respectivement de 2.7 et 3.2 % pour chacune de ces années.

Selon l’article du Dauphiné (ci-dessous), l’industrie haut-savoyarde au perdu en 15 mois 4'494 emplois, presque autant qu’entre 2000 et 2007 (-5487 emplois). Le journaliste se livre ensuite à une prospective en considérant qu’il faudrait attendre 2018 pour retrouver le niveau d’avant la récession. Je ne partage pas cette vision, car c’est oublier que depuis une décennie les emplois industriels ne cessent de se détruire. Entre 2005 et 2006 la perte était de 3.5 %, en 2007 donc avant « la crise » ce taux montait à 3.8 % pour atteindre 53'116 emplois et maintenant 46'295. En fait, « la crise » n’est qu’un cheval de Troie au sein duquel se cache une forte tendance de délocalisation des emplois industriels qui ne reviendront pas. Tout au plus, la crise a donné un coup d’accélérateur permettant aux entreprises de justifier les mesures d’économie en s’approvisionnant ailleurs. Cette tendance n’étant pas limitée aux activités du décolletage.

Si vous êtes à la tête d’une entreprise, et que vous avez la possibilité de produire en Asie ou en Roumanie pour le dixième du coût local, vos considérations sociales et politiques[1] qu’évoque Carlos Ghosn – PDG de Renault - dans une interview des Echos aujourd’hui, ne tiennent pas devant la perspective d’une cessation d’activité.

Nous pouvons tout au plus espérer maintenir le nombre actuel d’emplois industriels, mais sans l’arrivée d’un gros employeur il est vain d’espérer pouvoir retrouver les emplois de 1990 (58'921).

Cela dit, nous ne devons pas baisser les bras pour autant. Des alternatives aux emplois industriels existent et surtout la lecture de ces chiffres doit être un facteur de motivation pour tous ceux qui ont la légitimité de développer l’économie dans notre région. Quitte à me répéter, je considère que notre environnement naturel se prête bien au développement des activités tertiaires. En ce domaine, nous pourrions faire beaucoup plus en particulier en créant les conditions fiscales et techniques pour accueillir des sociétés holdings animatrices (sièges sociaux de groupes internationaux) comme le font nos amis suisses avec des niveaux de salaires bien plus élevés. Les emplois induits directement et indirectement par les TIC ont aussi un réservoir de possibilités qui méritent une attention plus marquée.

Jean-Claude MORAND

clip_image002

[1] « Si sur le papier une décision de délocalisation est peut-être économiquement la meilleure, elle n'a pas de sens si elle n'est pas politiquement et socialement acceptable. » http://www.lesechos.fr/management/carre-vip/020465284013---ce-que-cette-crise-m-a-appris--.htm

mercredi 7 avril 2010

LES PAYS DE SAVOIE : ENTRE LACS ET MONTAGNES Mercredi 7 avril 2010 à 20.35 sur FR3

Cela va être de choisir entre le match de foot Bordeaux/Lyon et l’émission “Des racines et des ailes” qui présente ce soir Mercredi 7 avril 2010 à 20.35

LES PAYS DE SAVOIE : ENTRE LACS ET MONTAGNES 


Abbaye d’Hautecombe à Aix les Bains Crédit : Office du tourisme d’Aix les Bains Photographe : Gilles Lansard

Des Racines et des Ailes" installe son plateau en Savoie, à Aix-les-Bains, sur les rives du lac du Bourget. Un cadre idyllique pour un site historique ! Nous partirons à la découverte de ce lac, le plus grand de France, au bord duquel toute l’aristocratie européenne a aimé "prendre les eaux" et où de nombreux artistes, comme Lamartine, ont puisé leur inspiration... Nous irons également en Haute-Savoie, sur le lac d’Annecy, dont les eaux turquoise, au pied des Alpes, sont parmi les plus pures du monde !

Autre joyau du patrimoine naturel savoyard : le Mont Blanc, un sommet mythique atteint pour la première fois par des alpinistes à la fin du 18ème siècle. Grâce à sa prestigieuse compagnie de guides, le petit village de Chamonix va devenir célèbre dans le monde entier !

A l’occasion du 150ème anniversaire du rattachement de la Savoie à la France (en 1860, sous Napoléon III), il nous sera raconté la fabuleuse épopée des comtes et des ducs de Savoie qui ont très longtemps régné sur cette région et qui ont même donné plusieurs rois à l’Italie... Invités plateau : Jean-Claude Killy (Membre du Comité International Olympique). Edgar Grospiron (Directeur de la candidature Annecy 2018). Jean Luquet, (Conservateur des archives et du patrimoine de Savoie).

Les reportages :

- Au pays des lacs
- Sur le toit de l’Europe
- Portiers des Alpes

mardi 6 avril 2010

Un bureau avec vue sur la montagne, ça me dit !


 Des bureaux avec une vue sur les jeux
J’aime bien le visuel de la campagne de communication nationale de l'Agence Economique de la Haute-Savoie conduite pendant les JO de Vancouver qui avait pour objectif d'attirer de nouvelles entreprises sur le territoire. Vous pouvez encore visionnez le spot TV et découvrir les entretiens filmés avec des dirigeants d'entreprises leaders (Botanic, Téfal, SNR, Evian, Patagonia, Mobalpa, Somfy, Ubisoft ...) : www.haute-savoie.com
Reste à savoir combien d’industriels ont décroché leur téléphone pour venir s’installer aux pieds des Aravis ?

Jean-Claude MORAND